Les Parisiens sont à la fois nostalgiques et modernistes. Ils attendent de leur ville que, tout en conservant son côté clocher, elle bouillonne de possibilités, d’activités et d’innovations.

Tous sur les terrasses, ce mot d’ordre au lendemain des attentats du vendredi 13 novembre est caractéristique de l’esprit français. Il contient à lui seul les trois principes au fondement de la république : Liberté, Egalité, Fraternité. Ce que d’aucuns critiquent comme de la légèreté est paradoxalement notre force. La place publique est le lieu par excellence de cette urbanité citoyenne qu’on retrouve sur les marchés, en flânant dans la rue, en se promenant dans les parcs, en s’attardant dans les cafés.

Accusée de se reposer sur ses lauriers, Paris est au contraire en plein mouvement. La fascination qu’exerce la ville Lumière cache l’étonnant foisonnement des projets urbains qui s’étendent vers la périphérie, témoignant de la vitalité économique et scientifique du futur grand Paris

Lettre fermée aux gens du Nord et Compagnie

par Sony Labou Tansi

« Chers concitoyens d’une planète chipée, un homme vous parle, non pas avec des chiffres parce qu’ils quantifient bêtement ce qui n’est pas mesurable, c’est-à-dire la vie, l’émotion de sentir et d’être, la griserie d’entendre le chant général des êtres et des choses.

C’est toujours la même antienne, le verre à moitié vide et le verre à moitié plein. On connait la musique. Mais quand le verre est très vide, on ne peut que se réjouir des efforts qui ont été accomplis depuis Copenhague et satisfait du durcissement des objectifs de l’Union Européenne en faveur du climat. Aujourd’hui, le nombre d’accords climatiques est sans précédent et le nombre de pays engagés pour la COP21 ne cesse de grandir.

« Quand le Roy Pyrrhus passa en Italie, après qu’il eut reconneu l’ordonnance de l’armée que les Romains lui envoyaient au devant: « Je ne scay, dit-il, quels barbares sont ceux-ci (car les Grecs appeloyent ainsi toutes les nations estrangieres), mais la disposition de cette armée que je voy n’est aucunement barbare. » Montaigne (L.III, ch XXI, Des cannibales)

Pour réfléchir au problème dramatique qui nous concerne tous, Européens – l’afflux de migrants que les guerres chassent vers un exil involontaire -, j’ai choisi une citation de Montaigne, un compagnon que j’ai toujours plaisir à fréquenter.

Dans le cadre de la 1ère Edition « Les Trophées du bien-être », l’Institut de sondage Ipsos et Les Trophées du bien-être * se sont associés dans la mise en place d’une enquête de référence permettant de dresser un panorama global des rapports complexes qu’entretiennent aujourd’hui les Français avec leur bien-être afin de comprendre où ils en sont exactement, déterminer leur état d’esprit général, voir si leur niveau de bien-être s’améliore ou se détériore.

Qui n’a pas entendu, dans les commentaires agacés d’usagers des transports, lors des micro-trottoirs au moment des grèves, cette phrase : « nous sommes pris en otages ». Qui n’a pas été ébranlé par la comparaison, souvent répétée, entre les camps nazis et la situation à Gaza ? Ou bien surpris par l’analogie: « le musulman […]

Alternatiba Paris Le mouvement citoyen Alternatiba Paris organise un grand village des alternatives, Place de la République les 26 et 27 septembre 2015. Deux mois avant la COP 21, ce festival rassemblera des centaines d’alternatives avec des débats, concerts, ateliers ludiques et animations artistiques. 50 000 personnes sont attendues sur le weekend ! Début du […]

De temps à autre, il m’arrive de citer cette phrase du poète Paul Valéry – « le temps du monde fini commence » (Regards sur le monde actuel. Stock. 1931). Sa pertinence m’aide dans mes tentatives optimistes de chercher dans l’inventaire des innovations sociales et dans le corpus de la science, des issues à l’inquiétante dérive de notre monde.

Cela fait 20 ans que le génocide de Srebrenica a eu lieu et l’ouvrage de Florence Hartmann, « Le sang de la Realpolitik – L’affaire Srebrenica », qui paraît aux éditions Don Quichotte sous format électronique, vient à point nommé. C’est le livre d’un lanceur d’alerte qui connaît par cœur la triste histoire de la Bosnie et qui se refuse à laisser dans l’ignorance ou l’ambiguïté les pans de l’histoire qui n’ont pas été élucidés.

Le 19 juin, la Fondation Inamori a annoncé le nom des trois lauréats du Prix de Kyoto 2015 pour leurs contributions respectives dans les domaines des technologies avancées, des sciences fondamentales et des arts et philosophie. Les lauréats sont Toyoki Kunitake, chimiste et président de la Fondation Kitakyushu pour le progrès industriel, scientifique et technique, Michel Mayor, astrophysicien et professeur émérite de l’Université de Genève, et John Neumeier, chorégraphe américain et directeur du Ballet de Hambourg.