7 janvier 2011

Résistance

La 8ème édition de La France associative en mouvement » publié par « Recherches et solidarités » confirme l’étonnante vitalité du monde associatif.
Nous reproduisons ici la préface de Roger Sue, président du Comité d’experts de R&S. *

Étonnante résistance face à la crise qui n’épargne pourtant pas les finances des
associations avec la contraction des budgets publics. Étonnante résistance qui n’est pas la simple
préservation d’un capital associatif déjà considérable (1,2 million d’associations) mais la poursuite
d’une dynamique de croissance qui ne faiblit pas d’année en année. Par temps de crise, la
croissance continue. Plus que jamais, car sous bien des aspects les associations offrent des
réponses à la crise sociale, économique et même politique.

Les principaux éclairages proposés cette année sur les créations d’associations, le bilan
emploi ou le moral des troupes le démontrent clairement au plan national comme dans les
ventilations régionales. Au chapitre de la démographie associative, on reste à des niveaux très
élevés autour de 70 000 nouvelles associations chaque année même si l’on observe un léger
fléchissement en 2009 par rapport aux dernières années qui ont battu des records. L’hypothèse
n’est pas au retournement de tendance, car structurellement et sur le moyen terme, la courbe est
très nettement ascendante, toutefois les effets de la conjoncture pourraient ralentir le rythme des
créations annuelles.

Concernant le bilan emploi, il est particulièrement favorable aux associations, surtout si on le
compare au secteur privé. Le rythme de créations d’emplois y est nettement supérieur. Même s’il
faut se garder des illusions d’optique des pourcentages, le secteur associatif a produit 330 000
nouveaux emplois au cours de la dernière décennie et plus de 30 000 pour la seule année 2009,
soit une croissance de 22% contre 7% pour l’ensemble du secteur privé.

Enfin, au chapitre des opinions des responsables associatifs, on notera avec intérêt que la grande
majorité d’entre eux (78% pour les associations sans salariés et 68% pour les associations
employeurs) estiment que leurs missions sont maintenues ou sortent renforcées par rapport à
l’année précédente. C’est un gage d’avenir et plus personne ne doute du poids économique et social
croissant des associations. Pourtant, en dépit de leur place et de leur incontestable notoriété dans
l’opinion publique, elles restent les grandes absentes de la scène médiatique et politique. Une
meilleure reconnaissance publique ne serait pas seulement une justice à leur rendre mais aussi un
encouragement supplémentaire et un facteur d’attraction pour de nouveaux bénévoles.

http://www.recherches-solidarites.org/media/library/lafranceassociative2010.pdf

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Yan de Kerorguen

Ethnologue de formation et ancien rédacteur en chef de La Tribune, Yan de Kerorguen est actuellement rédacteur en chef du site Place-Publique.fr et chroniqueur économique au magazine The Good Life. Il est auteur d’une quinzaine d’ouvrages de prospective citoyenne et co-fondateur de Initiatives Citoyens en Europe (ICE).

Category

CITOYENNETE, ETUDE, Le Magazine