L’Association Sarajevo approuve totalement le rapport et la démarche d’ICE  en défense de Florence Hartmann et appuie la campagne lancée à se sujet sur le site « Place publique ».

Le témoignage d’un ancien officier supérieur de l’armée yougoslave, produit tout récemment au procès à La Haye du général Perisic, chef d’état-major de cette armée de 1993 à 1998, apporte une nouvelle preuve de la participation d’ unités « yougoslaves », en fait serbes, aux opérations de guerre en Bosnie-Herzégovine. C’est l’absence de preuve formelle d une telle intervention directe  qui a permis à la Cour Internationale de Justice d’exonérer la Serbie du crime de génocide en BH et c’est parce que les juges du TPI ont accordé le bénéfice de la confidentialité aux documents serbes tenus ainsi secrets que la justice n’a pu être rendue. C’est cette inconséquence que Florence Hartmann, mais pas seulement elle, a voulu dénoncer.

Il est certain que la demande de communication par Belgrade de tous les documents relatifs aux guerres yougoslaves tenus encore secrets, sera faite à l’occasion du jugement de la plainte de la Croatie contre la Serbie pour laquelle la CIJ vient de se déclarer compétente .Il  faut espérer que cette juridiction tiendra à être pleinement informée et accèdera à cette demande, mais la procédure de la justice internationale est longue…En attendant, l’Union européenne pourrait exiger de la Serbie comme preuve de son entière coopération avec les tribunaux internationaux et de sa bonne foi démocratique et européenne qu’elle libère l’accès à toutes les archives de l’époque Milosevic. Ce serait le meilleur signe que l’actuel régime a bien rompu avec la politique de l’ancien.

Maurice Lazar, association Sarajevo

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Place Publique

Place Publique s'affirme comme un contrepouvoir, notre projet entend prendre sa place dans l’information en ligne indépendante.

Category

SANTE

Tags