La presse écrite traverse une véritable crise, tout concoure à le prouver. Rachat de quotidiens par des grands groupes économiques, vagues de licenciements massifs, succès des gratuits… En parallèle de cet apparent déclin, on observe sur la toile une prolifération des sites Internet d’information, créés et rédigés par des journalistes professionnels. Se présentant comme un relais efficace à la presse papier, ils ont sur ce média quelques avantages, habilement exploités : gratuité, réactivité, interactivité avec les internautes, et surtout mélange des genres entre écrit, vidéo et audio. Ils sont aussi des contrepouvoirs efficaces contre certaines tentations de normalisation de la presse par quelques grands groupes industriels
Si la majorité des sites est encore à l’état de balbutiement, certains se sont fait une vraie réputation de professionnalisme. Et les annonceurs ne voient pas sans intérêt les internautes de plus en plus nombreux grappiller l’information sur la toile.

Petit tour d’horizon de ces médias de demain :

 Rue 89 : www.rue89.com

L’histoire, l’équipe : Le site a été lancé le 6 mai 2007, jour du second tour des élections présidentielles. Les rédacteurs sont essentiellement des anciens de Libération. Le rédacteur en chef du site, Pascal Riché, a notamment dirigé les pages « débats » du quotidien.

Le principe : Rue 89 se définit comme un site d’information et de débats indépendant et participatif, et axe son positionnement sur l’importance donnée à l’ « information à trois voix » : journalistes, experts, internautes.

Les rubriques : Monde, Politique, Société, Eco, Médias, Culture, High-tech

Les plus :

 La sarkosphère, qui recense les promesses faites par Nicolas Sarkozy lors de sa campagne et qui pointe celles qui restent encore à concrétiser.

 Un revue de presse internationale

Les moins :

 Une charte graphique peu claire, qui gêne l’internaute dans sa visite.

 Des articles qui se rapportent à plusieurs problématiques, et que l’on retrouve donc en une de différentes rubriques.

Le mode de financement : Annonceurs

Aux dernières nouvelles : Une enquête sur une possible coopération d’Israël et de l’Arabie saoudite face au Hezbollah, mais aussi un article sur le championnat international de Rubik’s Cube.

Si c’était un média classique, ce serait : Le Monde ou Libé

 Médiapart : www.mediapart.fr

L’histoire, l’équipe : Le site a été lancé en novembre 2007, par Edwy Plenel à son départ du Monde. L’équipe est composée d’une quarantaine de personnes, centrées autour de François Bonnet, un ancien du Monde, de Libération et de Marianne.

Le principe : L’abonnement payant, garantissant selon Plenel une certaine indépendance économique et politique. Ce système rappelle le Marianne des débuts, qui a dû un jour rentrer dans le jeu des annonceurs pour rester viable … Souhaitons plus de chance à Médiapart.

Les rubriques : International, France, Economie, Culture et idées.

Les plus : Clarté, professionnalisme et précision de l’information

Les moins :

 Un abonnement de 9€ demandé

 Une certaine partisanerie politique qui peut devenir agaçante. Le soutien affiché de Ségolène Royal au site a soulevé bien des critiques.

Le mode de financement : abonnement payant

Aux dernières nouvelles : Un article sur les élections législatives italiennes (titré « l’Italie fait-elle le lit de Berlusconi ? »)

Si c’était un média classique, ce serait : Le Monde ou Libé

 Non Fiction : www.nonfiction.fr

L’histoire, l’équipe : Le site a été lancé en octobre 2007. La rédaction est composée de chercheurs, journalistes, militants politiques, syndicaux et associatifs, chefs d’entreprise, créateurs de sites internet.

Le principe : Critique et analyse de tous les ouvrages de non-fiction (essais …)

Les rubriques : Toute l’actualité (centrée sur l’actualité culturelle et littéraire), Toutes les critiques, Bibliothèque (tous les livres référencés par thème).

Les plus :

 Un site pointu et exigeant dans la forme comme dans le fond

 Un souci du détail jusque dans leur propre présentation (impeccable rubrique « qui sommes nous ? »)

Les moins :

 Une charte graphique un peu triste

 Pas d’interactivité.

Le mode de financement : Annonceurs

Aux dernières nouvelles : Un article sur les Prix Pulitzer 2008, la critique de la dernière biographie de Simone de Beauvoir …

Si c’était un média classique, ce serait : Le magazine Lire, ou Livre Hebdos

 Bakchich : www.bakchich.info

L’histoire, l’équipe : Le site a été créé en mai 2006 par de jeunes journalistes, Xavier Monnier et Guillaume Barou. Le directeur de la rédaction est Nicolas Beau, l’un de leurs enseignants, qui est aussi un ancien rédacteur du Canard Enchaîné.

Le principe : Un site spécialisé dans l’enquête et dans le scoop, provocateur et incisif. Le ton « Canard enchaîné » apparaît clairement, dans le choix des sujets comme dans la façon de les traiter.

Les rubriques : Sarko et Cie (politique), Big Bizness («la face cachée du business »), Nos sous (économie publique), Filouteries (justice), Luttes (recensant « tous les combats des citoyens, salariés, usagers, consommateurs, militants et rebelles »), Médias, Modes de vie, Web, Conso-mateur, Pipoleries, Sport, Bouquins, Culture

Les plus :

 Des sources ultra vérifiées et citées plutôt deux fois qu’une

 Des sujets de tous poils abordés avec un angle systématiquement décalé

Les moins :

 Une volonté un peu trop affichée d’être les enquiquineurs de service.

 Pas mal de liens coupés.

 Un ton étudiant potache qui devient agaçant à la longue.

Le mode de financement : Annonceurs, mécènes, téléchargement payant de la version PDF, possibilité de s’abonner à la version privée du site ou au journal papier en parallèle.

Aux dernières nouvelles : Un article dénonçant un « coup de bluff français » dans la libération d’Ingrid Bétancourt

Si c’était un média classique, ce serait : Charlie Hebdo, le Canard enchaîné

 Terra economica : www.terra-economica.info

L’histoire, l’équipe : Le site a été monté autour de David Solon et Walter Bouvais, deux anciens de la presse économique. L’équipe est composée d’une cinquantaine de collaborateurs réguliers.

Le principe : « Mettre l’économie, le social et l’environnement à la portée de tous, avec des articles de fond, un ton moderne et des angles nouveaux. »

Rubriques : Enquêtes, Reportages, Economie, Marketing, l’ « Objet qui tue », Ils changent le monde, Les brèves, Persona Grata, Les dessous des multinationales, Alors l’Europe ?, Archives

Les plus :

 Un positionnement clairement affirmé qui fait du site une référence dans le développement durable.

 Un ton clair et didactique, et des angles ludiques, qui permettent à l’internaute « lambda » d’aborder sans crainte ce sujet ardu.

Les moins :

 Peu d’articles disponibles gratuitement.

 Une charte graphique un peu trop dense

Le mode de financement : 5500 abonnés payants, annonceurs

Aux dernières nouvelles : « Qui sont les Monsieur Propre des multinationales ? » : un article sur les directeurs développement durable des entreprises.

Si c’était un média classique, ce serait : Tout simplement sa version papier, Terra economica

 Arrêts sur images : www.arretsurimages.net

L’histoire, l’équipe : Le site a été mis en ligne par l’ex créateur, producteur et animateur de l’émission du même nom : le très incisif et très controversé Daniel Schneiderman.

Le principe : Un site centré sur l’actualité médiatique, qui se présente comme le prolongement de l’émission télé du même nom.

Rubriques : Dossiers et contenus, Chroniques, Vite dits et gratuits

Les plus : Un site de référence dans l’actualité des médias

Les moins : Des articles très vite classés comme archives, ce qui induit une quasi obligation à l’abonnement payant.

Le mode de financement : Abonnement de 30€ par an (12€ pour les chômeurs, précaires et étudiants), permettant de lire certains articles, de participer aux forums, de voter pour les « contenus d’utilité publique », et de recevoir la gazette d’Arrêts sur images (newsletter hebdomadaire).

Aux dernières nouvelles : « France 2 interdit de tournage par des Chinois à Paris », et « Familles nombreuses, comment le gouvernement a tenté de cacher la mesure … et raté son coup »

Si c’était un média classique, ce serait : L’émission disparue bien sûr, ou CB News.

 Street reporters : http://streetreporters.net/

L’histoire, l’équipe : Street Reporters a été lancé en 2007 par Jonathan Myara, 24 ans, étudiant en dernière année en chaire médias à l’Essec. Ce site, lancé dans la foulée de son mémoire de fin d’étude, a rapporté à son jeune créateur le prix Ile de France 2007 du programme Envie d’Agir.

Le principe : « TF1, c’est fini, l’info, c’est vous qui la faîtes ! » proclame crânement le site. Il s’agit de faire du site le média de la génération des 20-25 ans. Pour cela, chacun peut proposer ses articles à condition de respecter une charte graphique assez souple (respect de la dignité humaine, vérification des sources, pas de militantisme, pas de diffamations). Et la rédaction est là pour aider les apprentis reporters.

Les rubriques : Très souples selon les sujets proposés

Les plus : « l’anti-manuel de journalisme », qui propose malgré son nom quelques règles journalistiques de base très bien faites, que bien des reporters chevronnés gagneraient à relire.

Les moins : Un ton et des choix de sujets un peu gamins, limite lycéen.

Le mode de financement : Annonceurs, partenaires

Aux dernières nouvelles : « Une seule jeunesse, plusieurs looks », qui décrypte les différentes « tribus » des jeunes.

Si c’était un média classique, ce serait : l’Etudiant en plus incisif, le Journal des Grandes Ecoles en plus sociétal … Mais reconnaissons à ce site a une identité bien à lui, essentiellement basée sur la participation de chacun des internautes.

 Café Babel : http://cafebabel.com/fr/

L’histoire, l’équipe : Le site est né en 2001 sur l’impulsion de quelques étudiants en Erasmus à Science Po Strasbourg. Il compte maintenant plus de vingt rédactions locales dans douze pays européens.

Le principe : Café Babel est le site de l’eurogénération. C’est le premier magazine européen en six langues. Chaque article mis en ligne est systématiquement traduit en anglais, français, italien, espagnol, allemand, et catalan.

Les rubriques : Politique, Société, Culture, Monde.

Les plus : Une vision élargie de l’actualité

Les moins : Liens coupés

Le mode de financement : Annonceurs

Aux dernières nouvelles : Les élections italiennes, la Feria de Séville, une sélection de blogs, un article sur les réactions de différents pays face aux JO de Pékin.

Si c’était un média classique, ce serait : Courrier International

Caroline Béraud-Sudreau

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris