logo-4.gif

La presse est parfois perçue comme une source d’exclusion supplémentaire des populations « défavorisées ». L’ACVL, association située dans un quartier de Chanteloup-les-Vignes (78), a créé un point presse dans ses locaux afin de familiariser les jeunes avec les médias, qui deviennent un moyen d’insertion, d’échanges mais aussi de conscientisation…

Chanteloup-Les-Vignes est une ville des Yvelines (78), située à 30 Km au nord-ouest de Paris, entre Poissy et les villes nouvelles de Cergy Pontoise et St Quentin en Yvelines. Parmi ses 10 000 habitants, environ 70% vivent dans le quartier de La Noé, construit suite à un programme immobilier de l’Etat dans les années 60 et qui a multiplié la population par 5 en une dizaine d’années. Chanteloup fait partie de ces zones dites « en difficultés », faisant dire à son maire, Pierre Cardo, dans une interview au Monde le 24 octobre dernier, à propos de la mixité sociale, que « c’est un rêve, et une rareté pour une commune comme la mienne ».

logo-4.gifCe « rêve », une association tente d’y contribuer quotidiennement : l’ACVL (Association pour l’amélioration des conditions de vie dans le quartier de la Noë) s’est donnée pour objectif de mettre en place, pour les jeunes de 13 à 17 ans et les jeunes adultes de 18 à 26 ans et plus, un « lieu de socialisation ».

Pour Ali Fathi, directeur de la structure, « il s’agit de proposer à tous ceux qui le souhaitent un endroit convivial et ouvert, dédié à l’écoute, l’échange et la médiation, et offrant la possibilité de s’exprimer ». L’idée est partie de deux constats : l’absence de ce type de lieu, en dehors des cages d’escalier, arrêts de bus… mais aussi la difficulté à gérer un tel endroit. L’accent est donc mis sur les valeurs citoyennes (fraternité, solidarité, citoyenneté…) à travers des actions menées tout au long de l’année.

Le lieu est ouvert tous les jours, du mardi au dimanche, avec une plage horaire dédiée aux jeunes adultes, de 20h à 1h du matin (sauf le vendredi). C’est alors que le « Zanzibar » accueille les visiteurs, autour d’activités diverses (bar sans alcool, billard, jeux de société, ping-pong, retransmissions TV d’événements sportifs ou musicaux…). Les jeunes Chantelouvais, qu’ils aient ou non des difficultés, s’acquittent d’une cotisation symbolique de 5 € et y sont accueillis, à raison d’une trentaine de personnes par jour en moyenne.

Un point presse

Parmi ses nombreuses actions, l’ACVL a créé, il y a 5 ans, un « point presse ». Constatant une forte démobilisation à la lecture des jeunes fréquentant l’association, les animateurs ont cherché les moyens d’y palier. Tous les jours, sont déposés à la disposition de tous quelques journaux – Libération, Le Parisien, L’Équipe -, mais aussi, selon les thèmes des dossiers, La Croix, Marianne… « L’idée est que les medias, et en particulier la presse locale, constituent des moyens de connaître son environnement pour mieux le comprendre, de « lire sa ville » et les enjeux locaux », explique Ali Fathi.ACVL-14-thumb-016.jpg

Pour l’équipe d’ACVL, la citoyenneté s’approprie quotidiennement, et la presse en est l’un des leviers. La variété des supports permet d’amener progressivement les lecteurs à diversifier leurs intérêts : en lisant les sports, ils tournent une page, puis une autre et s’attardent sur les événements culturels, l’info générale… La lecture de la presse devient non seulement un outil de socialisation mais aussi un atout dans le parcours d’insertion.

Ce « point presse » connaît un vif succès avec environ 70% des personnes fréquentant l’association qui l’utilise. L’intérêt va croissant puisque s’organisent même spontanément entre les lecteurs des débats sur les thèmes présentés dans les journaux. Fort de cette expérience réussie, un « point lecture » est venu compléter le « point presse » : de petits fascicules, ludiques et illustrés, de 30 à 40 pages, sont mis à disposition sur des thèmes variés afin d’élargir l’horizon des jeunes.

ACVL :

Tél. : 01 39 74 65 41

Site : www.acvl.net

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris