Manifeste pour une société positive de l’économie.

Depuis les années 1970, des économistes tentent de définir des outils de mesure alternatifs au PIB afin de contribuer à la construction d’une société positive. Un tel indice a été proposé lors de la remise du rapport Pour une économie positive par Jacques Attali au président de la République en septembre 2013: l’indice de positivité.
Il vise à mesurer la positivité des économies nationales en analysant la capacité d’un pays à placer l’altruisme au cœur de ses priorités : altruisme entre les générations, entre les territoires, entres les acteurs de la société. C’est le premier indice utilisant l’altruisme pour évaluer la prise en compte de l’intérêt des générations futures.

Yan de Kerorguen ECONOMIE

Instrument en faveur de l’emploi et de l’inclusion sociale, la Charte sociale européenne est à l’ordre du jour d’une Conférence destinée à réaffirmer l’importance des droits sociaux dans les périodes de crise.

Yan de Kerorguen ECONOMIE

Le 25 juin 2014, la Cour de cassation, dans un arrêt définitif, a confirmé le licenciement en 2008 d’une salariée voilée de la crèche associative Baby Loup (*). Vice-présidente du CESE, membre du groupe des associations, co-rapporteure de l’avis de 2013 sur « le fait religieux en entreprise », Edith Arnoult-Brill insiste sur la nécessité de faire connaître les éléments du droit encadrant la liberté religieuse dans les entreprises.

Muriel Jaouën A LA UNE

Bruno Tilliette Ces derniers temps, j’ai une farouche envie de me mettre en grève. Pour faire un peu comme tout le monde, les cheminots, les intermittents, les inspecteurs du permis de conduire, les marins de la SNCM (les car-ferrys pour la Corse), les avocats, les taxis et bien d’autres que j’oublie. Le problème, c’est qu’il […]

Bruno Tilliette ECONOMIE

En visite aux Etats-Unis dans les années 1990 pour ses recherches, Gert Tinggaard Svendsen est assailli de questions sur le « modèle scandinave ». Les économistes l’interrogent : comment expliquer le succès économique de cette région ? La question reste d’actualité alors que la Scandinavie semble surmonter la présente crise économique. Au fil de ses travaux sur le capital social et les réseaux sociaux, Gert Tinggaard Svendsen a élaboré une théorie qui fait de la confiance la clef du mystère scandinave.

Yan de Kerorguen ECONOMIE

Entrepreneur et prêtre, Bernard Devert a fondé il y a bientôt 30 ans l’association Habitat et Humanisme. A la croisée d’un triple élan : l’esprit d’entreprise, le « génie » immobilier, et la soif de justice.

Muriel Jaouën ECONOMIE

Le collectif pour un audit citoyen de la dette publique publie aujourd’hui son premier rapport d’audit. Celui-ci est disponible ici : http://www.audit-citoyen.org/?p=6291

Place Publique ECONOMIE

L’ascenseur social est-il définitivement bloqué ? Non, et le réparateur viendra probablement de l’industrie numérique. C’est une réalité : le baromètre PISA de l’OCDE a déposé le bonnet d’âne de l’inégalité scolaire sur la tête de notre pays. L’école est une organisation coûteuse et malheureusement parfaitement organisée pour accentuer les inégalités sociales (voir le rapport accablant du CEREQ: Refondons l’école de la République).

Yan de Kerorguen ECONOMIE

Le 3ème Baromètre de l’Entrepeneuriat social montre que la notion d’entrepreneurial social gagne en notoriété et en image auprès du grand public.

Muriel Jaouën ECONOMIE

Dans la continuité de ses travaux menés dans le cadre du Forum d’Avignon 2013, L’Atelier BNP Paribas revient sur les mécanismes fondateurs du Big Data et analyse son pouvoir grandissant sur l’économie : illustrations des nouveaux risques et paradigmes engendrés par l’industrie du Big Data, les secteurs les plus concernés, son impact sur le quotidien des citoyens-consommateurs.

Yan de Kerorguen ECONOMIE

La révolution post-industrielle des usines automatisées s’opère en silence*. Et la bonne nouvelle c’est que, dans les pays développés, le problème de la compétitivité et de la concurrence avec les pays émergents est en train de se résoudre. La mauvaise nouvelle, c’est que ce problème de compétitivité sera résolu sans les ouvriers. Pendant qu’on nous parle de la ré-industrialisation, qui ne créera que peu d’emplois, et de la compétitivité, destinée à faire pression sur l’ensemble des salaires (ceux des ouvriers étant à terme condamnés), la révolution post-industrielle s’opère déjà discrètement, sans débat public.

Yan de Kerorguen ECONOMIE

Alors que les déficits budgétaires contraignent les gouvernements à mener des politiques d’investissement rigoureuses sans pour autant laisser sur le bord de la route leurs obligations sociales, de nouveaux instruments financiers « alternatifs » voient le jour associant financement privé et financement publique au bénéfice de l’intérêt général.

Yan de Kerorguen ECONOMIE

Dans le but de sortir de la crise par une révision profonde des modes de production et de consommation, le Labo de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) a identifié 60 propositions d’actions afin de remettre l’épanouissement personnel de chacun et l’action collective au centre de notre modèle de développement.

Yan de Kerorguen ECONOMIE

La Fondation Abbé Pierre a publié en 2013 son 18ème rapport sur le mal logement en France, qui confirme la dégradation de l’accès au logement pour une partie des ménages français. Son délégué général de la Fondation Abbé Pierre revient sur vont années de politiques publiques du logement.

Muriel Jaouën ECONOMIE

Quatre ans après la publication du rapport commandé par le chef de l’Etat, l’expert Pierre Le Roy, fondateur de l’indicateur du Bonheur National Brut donne ses appréciations

Yan de Kerorguen ECONOMIE

Comment réduire le décalage entre le poids du tissu associatif dans la société et son influence sur les politiques publiques. Yannick Blanc, président de la Fonda, préfet du Vaucluse, livre des pistes.

Muriel Jaouën ECONOMIE

A 66 ans, Bernard Devert, à la fois prêtre et chef d’entreprise, est un entrepreneur tenace, qui a toujours autant d’énergie et d’envie d’entreprendre ! Son impatience est à la mesure des inégalités et de la fracture sociale du pays. Son credo n’a pas changé, proposer des solutions économiques innovantes pour produire du logement accessible aux plus modestes et aux plus fragiles, quitte à faire bouger les lignes traditionnelles de l’entreprise et de la solidarité.

Yan de Kerorguen ECONOMIE

Un montant estimé à 193 milliards d’EUR de recettes de TVA (1,5 % du PIB) a été perdu en raison de non-conformité ou de non-perception en 2011, selon une nouvelle étude sur le manque à gagner TVA dans les États membres.

Place Publique ECONOMIE

L’été 2013 était encore celui de Pékin : une croissance de 7,7% meilleure que prévue[1], un moral des entrepreneurs solide[2], un procès anti-corruption très suivi[3], le plus grand centre commercial au monde[4]…Pourtant, parmi ces chiffres enthousiasmants, l’analyse de certains indicateurs chinois comme le revenu par tête (de 6 à 7000$) met en évidence des écarts régionaux de 1 à 10[5]. Des inégalités symptomatiques d’une bulle immobilière en zones côtières et urbaines. Cette bulle spéculative est la contagion de la crise de 2008. La macroéconomie globale, en stagflation, voit ses flux de capitaux perpétuellement redistribués entre microéconomies régionales volatiles en circuit fermé. Un phénomène moderne de jeu à somme nulle illustré par le concept anglo-saxon d' »Economie globulaire », encore peu connu dans le monde francophone, qui assimile l’économie mondiale à un corps humain : les capitaux alimentent les marchés par la monnaie comme l’oxygène les organes par le sang. L’enjeu étant de discerner les globules, ou capitaux sains, des bulles causes d’embolie, ou capitaux inflationnistes, sans en gêner la circulation.

Yan de Kerorguen ECONOMIE

On ne peut dissocier le projet économique de l’ESS (s’associer pour entreprendre) de son projet social (justice et démocratie). On ne peut donc réduire son rôle, son poids et sa contribution aux seuls indicateurs économiques de la richesse, au nombre d’entreprises qu’elle a créée et au nombre d’emplois générés (plus de 10 % du PIB mondial). On ne peut non plus évaluer l’évolution économique des états et des entreprises au seul jugement des agences de notation sociale et financière. Les tenants d’une « autre économie » sont conduits à se poser la question d’un changement des règles du jeu qui remette l’homme au coeur des projets.

Yan de Kerorguen ECONOMIE