En général, quand on évoque des choses très lointaines, on parle d’années-lumières. Il faudra désormais parler d’ « année-corona ». En ce temps de confinement, les proches sont si loins, le temps paraît si long, et la mort rôde dans les esprits. La pandémie est obsédante avec sa comptabilité morbide. En l’espace d’un éclair, le mutant Coronavirus, de […]

Yan de Kerorguen A la une