Le Travail à temps partagé a beau exister depuis trente ans, son essor est encore récent, tant auprès des professionnels que des entreprises. Aujourd’hui installé dans le paysage économique comme une forme de travail de plus en plus plébiscitée, le temps partagé vient de faire l’objet, en 2015, de la première édition d’un baromètre annuel.

Et si le travail devenait le lieu de son propre apprentissage ? Cette vision n’est pas nouvelle. Elle alimente depuis vingt ans les tenants de la didactique professionnelle. Et commence à intéresser le Législateur comme les partenaires sociaux.

Bruno Mettling, directeur général adjoint d’Orange, en charge des ressources humaines, auteur du rapport “Transformation numérique et vie au travail” (1) remis le 15 septembre 2015 à la ministre du Travail, explique sa vision de l’“entreprise numérique” et des enjeux qu’elle soulève.

Que sont devenus les marchés producteurs, les systèmes d’échange local (SEL, en anglais : LETS pour Local Exchange Trade Systems) et les banques de temps que les Grecs ont créé un peu partout en 2011/2013, à Athènes, à Thessalonique, à Corfou, en Crète et sur d’autres îles ? Surtout, où en est TEM, le réseau SEL de Volos, qui a été le plus sous les feux des projecteurs ?

Les métiers du numérique représenteront : 500.000 emplois en Europe dont 80% de cadres à l’horizon 2020, 1.5% de croissance prévu pour 2015. Parmi eux cinq domaines se détachent : le Social, la Mobilité, l’Analytics, le Cloud et la Sécurité

Individualisation des activités, multiplication des tâches invisibles, distorsion accrue entre prescrit et vécu : il est urgent de remettre le travail en débat. Une solution intéressante : les “espaces de discussion”.

L’association Seniors Entrepreneurs propose une solution innovante pour répondre à deux enjeux majeurs : le retour à l’activité des seniors retraités ou en recherche d’emploi et la réussite des projets de création d’entreprises.