A la veille de la 14ème campagne nationale pour le Neurodon*, la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC)** fait part de ses inquiétudes car la recherche sur le cerveau et ses maladies*** manque de plus en plus de moyens. En effet, bien que ces maladies constituent le plus grand défi de santé publique […]

Communiqué du collectif du Jeudi noir Alors que le vote définitif de la loi ALUR a eu lieu le 19 février dernier à l’Assemblée nationale puis au Sénat, le collectif Jeudi Noir en fait le bilan, au terme de presque un an de travail législatif. L’occasion pour le collectif de se remémorer le combat mené […]

Les évacuations forcées des Roms étrangers durant l’année 2013 atteignent le chiffre de 21 537. Ceci représente plus de la totalité de la population habitant en bidonvilles ou en squats en France, évaluée à 16 949[1], en majorité des Roms étrangers.

De nouvelles lois adoptées par le Parlement hongrois suscitent à nouveau des inquiétudes en termes de droits de l’Homme et de l’État de droit, alors que la plupart des précédentes objections soulevées par des organes internationaux concernant les développements hongrois restent sans réponse.

Tout en prônant un « pacte de dignité », le gouvernement poursuit les évacuations violentes, brutales et inutiles.

Toute décision concernant un enfant migrant doit être fondée sur son intérêt supérieur. C’est ce que vient de rappeler, à Strasbourg, le 19 septembre 2013, Nils Muižnieks, Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe*

Ce n’était plus seulement une espérance. A l’issue d’un XXème siècle maintes fois souillé par des crimes contre l’humanité et des génocides, l’exigence que justice soit faite contre les grands responsables de ces atrocités l’avait emporté sur les frilosités et les calculs politiques. Naissaient alors les premières juridictions pénales internationales : le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) en 1993 et celui pour le Rwanda (TPIR) l’année suivante. Puis le projet d’une juridiction permanente, si longtemps avorté, aboutissait avec l’établissement en 1998 de la Cour Pénale Internationale (la CPI), entrée en fonction en juillet 2002. Le XXIème siècle ne promettait pas encore la fin des crimes de masse mais celle de l’impunité pour les gouvernants qui outragent l’humanité. Cette avancée majeure du droit international finirait nécessairement par faire œuvre de prévention à l’adresse des dictateurs et de ceux tentés de les imiter. Telle était non pas l’espoir mais la volonté d’une époque.

Parfois des rencontres inattendues vous lancent dans des abimes de réflexion. C’était le cas, ces jours-ci, avec la sortie du numéro spécial de Sciences & Vie. Lecteur de S&V depuis presque soixante ans, je me suis jeté sur le numéro avec gourmandise.

Paris, 16 avril 2013

Hier 15 avril, le lobby financier Paris Europlace et le MEDEF ont adressé un courrier au ministre des finances Pierre Moscovici afin de le « mettre en garde » contre la taxe européenne sur les transactions financières (TTF), mesure supposément « destructrice de richesse ». Oxfam France, Coalition PLUS et AIDES entendent démonter une à une ces contre-vérités. Nos organisations, qui, militent de longue date pour une TTF européenne et solidaire, appellent le gouvernement à ne pas se laisser duper par les sirènes du lobby bancaire. Nous demandons à M. Moscovici de soutenir fermement l’instauration d’une taxe ambitieuse, incluant actions, obligations et produits dérivés.

Je me suis installé depuis deux ans à la campagne, au fin fond de la Seine-et-Marne, lassé de la vie parisienne. Un de mes plus grands bonheurs est de disposer enfin d’une cheminée. J’aime contempler les flammes dans l’âtre, toujours les mêmes et toujours changeantes, vivantes. C’est ma télévision, mais une télévision qui laisse l’esprit vagabonder et libère l’imagination, contrairement à l’autre.

Est-il normal que l’Etat donne sa garantie à 9.000 traders pour qu’ils continuent à spéculer sans risque avec des revenus scandaleux alors que 60 millions de Français se serrent la ceinture ? C’est la question que posait un député mardi soir lors de la réunion organisée par le collectif à l’Assemblée Nationale à la veille […]

Alors que le projet de loi sur le mariage pour tous est discuté à l’Assemblée Nationale, les partisans de la réforme restent mobilisés pour montrer que les Français, à l’instar des autres citoyens des pays européens développés, veulent moderniser la société.

Déguisons-nous pour l’emploi Fêtons le stage l’emploi déguisé à 2 jours des négociations Emploi Action de sensibilisation des partenaires sociaux en entreprise Mardi 13 novembre à 13h, métro Grands Boulevards devant la grande récré « Vous aussi venez accueillir et orienter les clients des grandes enseignes! » Alors que les négociations interprofessionnelles et syndicales doivent aboutir le […]

Après la célèbre série Gitans de Joseph Koudelka présentée cet été aux Rencontres d’Arles, c’est au tour du Grand Palais de mettre les tsiganes à l’honneur avec Bohèmes. Pendant ce temps, les expulsions de Roms se poursuivent partout en France…

Depuis le 14 janvier 2011, l’éradication de la torture et la lutte contre l’impunité sont au cœur des débats politiques et citoyens en Tunisie. Pourtant, une révolution et une élection démocratique plus tard, le bilan est mitigé.

Encadrement des loyers, renforcement de la loi SRU, réquisition, mutuelle de cautionnement des loyers et interdiction des expulsions locatives : depuis 2006, le collectif Jeudi Noir fait des propositions pour régler le problème du logement. Avec « les 5 propositions pour le futur quinquennat » qu’elle vient de diffuser, l’association indique qu’elle sera particulièrement vigilante à leur mise en application réelle au cours des prochaines années.