Tout n’est pas simple dans la société des paradoxes. Dans le contexte post-moderne où règnent compétitivité, performance et puissance, on le devine aisément, modestie, faiblesse, décence, humilité et empathie sont des bien vilains défauts. Les modestes n’ont pas la cote   « Périssent les faibles et les ratés ! Et il faut même les y aider ! » […]

Yan de Kerorguen A LA UNE