Depuis près d’un an, la Fondation Jean-Jaurès se penche sur la question du revenu d’existence, par différents moyens : expérimentation en partenariat avec le conseil départemental de Gironde, simulations chiffrées avec le Cepremap de Daniel Cohen et l’IPP d’Antoine Bozio, publication de travaux sur le sujet. Sans a priori, elle explore ainsi les potentiels mais aussi les limites d’une proposition au coeur du débat d’idées dans notre pays. C’est dans ce cadre que s’inscrit la contribution de David Djaïz et Julien Dourgnon.

Selon le COE, moins de 10% des emplois cumulent des vulnérabilités qui pourraient en menacer l’existence dans un contexte d’automatisation. La moitié des emplois existants pourrait voir son contenu notablement ou profondément transformé.

L’article L.2242-8 du Code du Travail issu de la loi du 17 août 2015 impose une négociation annuelle sur la qualité de vie au travail.
La loi EL-KHOMRI vient d’ajouter un 7ème alinéa à cet article en introduisant, pour la première fois, dans le Code du travail, un droit à la déconnexion.

La gestion des déplacements des salariés n’est pas une priorité pour les entreprises ; c’est ce que révèle une étude du Forum Vies Mobiles. Et lorsqu’elles s’en occupent, elles en ignorent largement les conséquences sociales et environnementales (fatigue accumulée dans les transports, séparation des familles, burn-out, pollution…).

Alors que le chômage reste élevé en France, le faible recours au temps partiel semble signaler l’existence d’un gisement d’emplois sous-exploité, explique dans un rapport France Stratégie

Selon le nouveau rapport économique de la plate-forme Glassdoor Economic Research, il existe un écart salarial significatif entre hommes et femmes en France, Allemagne, Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Près de 72,5% des personnes interrogées sur la réforme du Code du travail estiment que le gouverment va faire machine arrière

Le Travail à temps partagé a beau exister depuis trente ans, son essor est encore récent, tant auprès des professionnels que des entreprises. Aujourd’hui installé dans le paysage économique comme une forme de travail de plus en plus plébiscitée, le temps partagé vient de faire l’objet, en 2015, de la première édition d’un baromètre annuel.

Et si le travail devenait le lieu de son propre apprentissage ? Cette vision n’est pas nouvelle. Elle alimente depuis vingt ans les tenants de la didactique professionnelle. Et commence à intéresser le Législateur comme les partenaires sociaux.

Bruno Mettling, directeur général adjoint d’Orange, en charge des ressources humaines, auteur du rapport “Transformation numérique et vie au travail” (1) remis le 15 septembre 2015 à la ministre du Travail, explique sa vision de l’“entreprise numérique” et des enjeux qu’elle soulève.

Que sont devenus les marchés producteurs, les systèmes d’échange local (SEL, en anglais : LETS pour Local Exchange Trade Systems) et les banques de temps que les Grecs ont créé un peu partout en 2011/2013, à Athènes, à Thessalonique, à Corfou, en Crète et sur d’autres îles ? Surtout, où en est TEM, le réseau SEL de Volos, qui a été le plus sous les feux des projecteurs ?

Les métiers du numérique représenteront : 500.000 emplois en Europe dont 80% de cadres à l’horizon 2020, 1.5% de croissance prévu pour 2015. Parmi eux cinq domaines se détachent : le Social, la Mobilité, l’Analytics, le Cloud et la Sécurité