En cette année 2017, nous allons donc devoir nous choisir un nouveau président de la République et une nouvelle majorité. Comme beaucoup d’électeurs, je pense, j’ai bien du mal à savoir pour qui je vais voter et, même quand les candidatures et les positions se seront clarifiées, le choix restera difficile.

Santé, le trésor menacé est un livre coup de gueule. Il vise à donner au thème de la santé une place prioritaire dans la prochaine élection présidentielle. Argumenté et pourvoyeur de pistes d’actions novatrices, il constitue une base incontournable d’échanges pour les médias, les décideurs et les acteurs de la santé publique et a déjà capté l’attention des politiques.
Objectif : sortir notre système de santé de l’impasse.

Le compte à rebours présidentiel a commencé. Il oscille, à en lire les médias, entre inflation de promesses et flou programmatique. L’essentiel est pourtant ailleurs.

« Une accumulation de mensonges ne fait pas une demi-vérité. » Par cette formule François Fillon entend dénoncer les journalistes qui s’acharneraient à le démolir sans preuve. Mais en l’entendant la répéter à l’envi, on a parfois le sentiment qu’il se l’applique inconsciemment à lui-même.

Depuis près d’un an, la Fondation Jean-Jaurès se penche sur la question du revenu d’existence, par différents moyens : expérimentation en partenariat avec le conseil départemental de Gironde, simulations chiffrées avec le Cepremap de Daniel Cohen et l’IPP d’Antoine Bozio, publication de travaux sur le sujet. Sans a priori, elle explore ainsi les potentiels mais aussi les limites d’une proposition au coeur du débat d’idées dans notre pays. C’est dans ce cadre que s’inscrit la contribution de David Djaïz et Julien Dourgnon.

Selon une étude Infosys*, présentée à Davos le 17 janvier 2017, la France est la plus en retard en matière d’adoption des technologies d’Intelligence Artificielle.

Selon les résultats d’une étude* réalisée par l’IFOP auprès des collégiens et lycéens de France agés de 14 à 18 ans, 2 jeunes sur 3 se déclarent optimistes quand à leur avenir professionnel.
 L’enseignement dispensé dans les filières scientifiques et des métiers techniques et industriels pourrait attirer davantage de jeunes en misant sur une approche plus concrète et une meilleure information sur les débouchés.

Selon le COE, moins de 10% des emplois cumulent des vulnérabilités qui pourraient en menacer l’existence dans un contexte d’automatisation. La moitié des emplois existants pourrait voir son contenu notablement ou profondément transformé.

75% des étudiants de grandes écoles françaises veulent un emploi en accord avec leurs valeurs

Jean-Pierre Lehnisch

L’enseignement à distance a toujours été très sensible à l’environnement économique, social et psychologique du pays où il s’exerce.

Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans : le monde va beaucoup mieux !

En ce début d’année électorale cruciale pour la France, la question de l’écart entre les élus et les électeurs n’a peut-être jamais été aussi présente dans les débats.

L’article L.2242-8 du Code du Travail issu de la loi du 17 août 2015 impose une négociation annuelle sur la qualité de vie au travail.
La loi EL-KHOMRI vient d’ajouter un 7ème alinéa à cet article en introduisant, pour la première fois, dans le Code du travail, un droit à la déconnexion.

Chronique de Pierre Le Roy La France va-t-elle mieux ? La question anime en permanence les débats en cette période pré-électorale où les candidats se lancent des chiffres à la figure, chacun des deux camps « classiques » de l’échiquier politique-gauche et droite (l’extrême droite renvoyant dos à dos les deux derniers titulaires de la […]

Face aux fractures mises en évidence par les attentats qui ont frappé notre pays depuis 2015, le Gouvernement renforce son action pour rassembler tous les Français autour des valeurs de la République et pour s’attaquer aux obstacles auxquels est confrontée une partie de la population dans ses conditions de vie. Le projet de loi «Egalité et citoyenneté» s’inscrit pleinement dans cette ambition en complétant les actions menées là où l’intervention de la loi était nécessaire.

En 2017, les salariés sont bien décidés à prendre à bras le corps leurs projets de formation. Le compte personnel de formation est désormais bien connu et le passage à l’action plus évident. Et ils n’hésitent pas à faire savoir ce qui leur plaît et ce dont ils ne veulent plus. L’entreprise reste pour autant pour la grande majorité un interlocuteur central. C’est ce que révèle une enquête Demos sur « La formation chez les salariés en 2016 ».