Selon une étude Infosys*, présentée à Davos le 17 janvier 2017, la France est la plus en retard en matière d’adoption des technologies d’Intelligence Artificielle.

Au-delà de ce constat « local », cette étude permet également d’identifier, au travers des 7 marchés clés, les freins à l’adoption de l’AI et comment les craintes des entreprises peuvent être dépassées. Si 76% des répondants s’accordent sur le rôle central que joue l’AI dans la réussite de leur stratégie d’entreprise, ils sont seulement 10% à estimer avoir une idée précise des avantages apportés par ces technologies.

Quelques chiffres clés illustrent le niveau de maturité des entreprises vis-à-vis de l’AI, des questions éthiques qu’elle soulève, et son impact sur les employés :

 Les utilisateurs de technologies AI anticipent/ prévoient une hausse de 39 % de leurs revenus d’ici à 2020,

 80% des organisations qui ont remplacé, ou projettent de remplacer des travailleurs avec ces technologies consacreront du temps et des moyens à retenir les bons profils, former et améliorer les compétences des collaborateurs.

 Seuls 26% des répondants en France admettent qu’ils ont « totalement » pris en considération les problématiques éthiques liées à l’intelligence artificielle. En termes de comparaison, l’Allemagne, les Etats-Unis ou encore l’Inde et la Chine intègrent cette question comme préalable à leur programme d’implémentation.

 Par ailleurs, 42% des cadres dirigeants en France pensent que les questions éthiques vont considérablement retarder l’efficacité de l’intelligence artificielle.

 Cependant, 65% des répondants en France estiment que l’intelligence artificielle aura des effets positifs sur la société en général.

* « l’Intelligence Artificielle à l’ère de la maturité : vers l’amplification du potentiel humain » (« Amplifying Human Potential: Towards Purposeful AI »). Cette étude a été conduite en novembre 2016 auprès de 1,600 dirigeants d’entreprise sur l’adoption et les enjeux de l’intelligence artificielle dans plusieurs secteurs à l’horizon 2020. Elle propose une approche pragmatique avec une analyse étendue sur 7 pays (France, Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Chine, Inde et Australie).

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Yan de Kerorguen

Ethnologue de formation et ancien rédacteur en chef de La Tribune, Yan de Kerorguen est actuellement rédacteur en chef du site Place-Publique.fr et chroniqueur économique au magazine The Good Life. Il est auteur d’une quinzaine d’ouvrages de prospective citoyenne et co-fondateur de Initiatives Citoyens en Europe (ICE).

Category

Le Magazine, Sciences et société

Tags