Le 19 juin, la Fondation Inamori a annoncé le nom des trois lauréats du Prix de Kyoto 2015 pour leurs contributions respectives dans les domaines des technologies avancées, des sciences fondamentales et des arts et philosophie. Les lauréats sont Toyoki Kunitake, chimiste et président de la Fondation Kitakyushu pour le progrès industriel, scientifique et technique, Michel Mayor, astrophysicien et professeur émérite de l’Université de Genève, et John Neumeier, chorégraphe américain et directeur du Ballet de Hambourg.

Yan de Kerorguen

L’économie du Nouveau Monde est déjà là. Une économie libérée des énergies fossiles et fissiles, connectée, relocalisée et au service de l’humain. Partout dans le monde, la transition énergétique est en marche. Les réussites citoyennes, entrepreneuriales, territoriales, se multiplient. Et la France n’est pas en reste !
Rapport remis à Madame Ségolène ROYAL
Ministre de l’Environnement du développement durable et de l’Energie

Yan de Kerorguen

Les innovations soumises aux entreprises sont le fait de métissage d’idées, de savoirs, d’expériences ou de transferts technologiques qui ont tous pour dénominateur commun d’être sortis du cerveau d’un nombre croissant d’individus collaborant ensemble. Ce saut créatif dépend moins de la connaissance acquise que de la capacité à poser en permanence sur le monde qui nous entoure un regard de curiosité et de questionnement permanent.

Yan de Kerorguen

L’agression nationaliste serbe en Bosnie ne commença pas, comme l’histoire le retient, en avril 1992, lorsque l’indépendance de la Bosnie fut reconnue internationalement. Non, elle débuta concrètement plus tôt. En fait, elle commença, bien avant… dans les esprits ! La guerre en ex-Yougoslavie et ses conséquences meurtrières sur les populations civiles de Croatie et de Bosnie&Herzégovine sont en réalité l’expression volontaire d’un scénario digne de Machiavel, pensé longtemps à l’avance, par les dirigeants serbes. Slobodan Milosevic, l’homme qui domina la vie politique en Serbie depuis 1987, en fut le principal instigateur.

Yan de Kerorguen

Nedim Loncarevic est le réalisateur du film « Les voix de Srebrenica ». Le film est diffusé sur France 3 le mercredi 8 juillet 2015 à 24h10. A ne pas rater.

Yan de Kerorguen

Le 11 juillet 2015, à Potocari, en Bosnie, là où la plupart des victimes de Srebrenica avaient été regroupées, les rescapés, les familles des disparus, de très nombreux anonymes et de multiples personnalités participeront à une commémoration du massacre de Srebrenica *. Dans le même temps, le documentaire de Nedim Loncarevic « Les voix de Srebrenica » retrace, sur France 3, à partir de témoignages, la genèse de ce crime de masse et la faillite de l’ONU qui n’a pas su protéger les populations bosniaques en danger. Un document inédit qu’il convient de voir. Ce film est diffusé le 8 juillet à 24 heures et 10 minutes

Yan de Kerorguen

La conscience et le pardon semblent des mots inconnus dans le vocabulaire des autorités serbes de Bosnie. Et l’hommage aux victimes, d’après eux, serait une grave erreur! Bref, la partie serbe de la présidence collégiale bosniaque refuse d’assumer la responsabilité de certains de ses dirigeants dans la tragédie de la guerre en Bosnie entre 1992 et 1995. Depuis peu, le Royaume-Uni prépare un projet de résolution onusienne pour marquer le 20e anniversaire du massacre de Srebrenica, en juillet 1995 et se pencher sur l’échec des Nations unies qui furent incapables d’éviter ce génocide. Une initiative que rejette la partie serbe de Bosnie qui semble avoir du mal à assumer les leçons de l’histoire et reconnaître les rendus de la justice. Au contraire, nombreux parmi eux considèrent le bourreau de Srebrenica, le général Mladic (photo) comme leur héros.

Yan de Kerorguen