Ce que montre et dit ce spectacle, adapté du livre « Neuf petites filles » de Sandrine Roche, est passionnant et émouvant. Le metteur en scène Stanislas Nordey et « ses » filles dessinent un grand et difficile moment de la vie des ados.

Elles entrent dans la cour de leur école. C’est la récré. Ces « petites » filles portent une tenue quasiment semblable. Robes blanches plutôt courtes toutes marquées par quelque chose qui ressemble à une grande tache rose/rouge. On les devine en âge de puberté ces filles, moment de tous les questionnements, de toutes les crises. Ambiance coup de poing allant grandissant. Ces « neuf petites filles » expriment et questionnent à leur manière des façons d’aimer, des besoins de violence, d’angoisse et de révolte aussi.

Le cadre de cette cour est d’une simplicité lumineuse. Des textes s’inscrivent et défilent sur le rideau de fond de scène. Sur le sol, aire de jeu discrètement dessinée, des gros ballons traversent l’espace, prétextes à des situations ludiques ou des moments tendus, à des ‘colin maillard’ ou autres jeux vilains.

Stanislas Nordey, le metteur en scène, ne rate rien des situations inventées par l’auteur Sandrine Roche. Ces enfants ont clairement conscience qu’il se passe quelque chose en elles et l’expriment, chacune à sa façon. Cela peut être violent ou drôle. Elles se racontent des histoires alors qu’elles sont toutes installées dans une aire de jeu aussi rose, ou presque. Chacune des neuf « filles » viennent au moins un fois sur le devant de la scène raconter leur désir d’être, leurs histoires de familles, de départ en vacances, d’amours, de viol …

La mise en scène est lumineuse tout comme la scénographie. Et ce que l’on entend et comprend de cette bande magnifique (peu importe si certaines comédiennes ont quelques dizaines d’années derrière elles) est d’une liberté étonnante. En moins d’une heure et demi, ces « Neuf petites filles » nous bouleversent. Un moment de théâtre rare.

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Yan de Kerorguen

Ethnologue de formation et ancien rédacteur en chef de La Tribune, Yan de Kerorguen est actuellement rédacteur en chef du site Place-Publique.fr et chroniqueur économique au magazine The Good Life. Il est auteur d’une quinzaine d’ouvrages de prospective citoyenne et co-fondateur de Initiatives Citoyens en Europe (ICE).

Category

ART & CULTURE, Le Magazine

Tags

,