Selon un sondage WEKA réalisé par OpinionWay, du 4 au 12 Septembre 2013*, les français estiment que leur mairie a un impact direct sur leur vie quotidienne. Pour 82% d’entre eux, c’est sur la « qualité de vie » que son impact est le plus important. Ce sont les services aux citoyens et équipements à leur disposition qui y contribuent (sport, propreté, crèche, espaces verts, etc.). La construction de logement: 20%, l’éducation: 20%, la sécurité: 18%, le développement économique et l’emploi: 15% et les aides sociales: 11% viennent après la qualité de vie.
Le sociologue Ronan Chastellier constate que « il y a une soudaine dévaluation de la politique nationale pour son caractère un peu mystique, ses mandats symboliques et un réinvestissement du local sur fond de « Made in France », de recherche d’authenticité ».

Contrairement à la politique nationale, le local serait dans l’esprit des français « en prise direct avec le réel ». Très souvent considéré, au même titre que les élections présidentielles, les élections locales, représentent pour les français des projets concrets, et crédibles proches de leur réalité.

Les français constatent un affaiblissement du rôle des mairies.

Aussi se montrent-ils exigeants sur ces questions. Les français souhaitent des engagements solides et non ambigus de la part de leurs élus locaux dans les logements (73%), l’éducation (64%), la sécurité (63%), le développement économique et l’emploi (53%), la politique sociale (49%).

Bien que les attentes des français soient réelles, concernant les élections locales, ils ne se désintéressent pas pour autant de la politique nationale. Cette nouvelle tonalité, disons plus consumériste, avec un effet immédiat dans les choix politiques locaux traduit un changement de perspective ou l’électeur se retrouve au centre des décisions.

Pourtant les français sont conscients que même s’ils croient à un impact de leur mairie sur la qualité de vie, ils sont beaucoup moins confiants sur l’influence des mairies au niveau des aides et politiques sociales(77%), le développement économique et l’emploi (76%), la sécurité (67%) ou la construction de logement (55%).

Avec 95% des mairies qui sont désormais rattachées à des intercommunalités, les compétences des maries s’affaiblissent. Il sera donc primordial pour eux de se réaffirmer aux prochaines élections sur les sujets qui préoccupent leurs électeurs.

Vers « un désir de collectivités territoriales »

Avec ce constat, les français souhaitent renforcer d’abord les compétences et moyens des collectivités territoriales (57%), puis des entreprises et associations (52%) et enfin le rôle de l’état (32%).

A l’inverse 32% seulement des français croient encore à un renforcement des compétences et moyens de l’état. Pour les électeurs ce désir de rapprochement des collectivités a pour unique but de répondre à leurs problématiques d’amélioration de leur qualité de vie, de construction de logements, d’éducation…par le biais de mutualisation de leurs moyens.
Ces mêmes électeurs ont aussi conscience qu’au niveau local ce sont les entreprises qui génèrent de l’activité et créent des emplois.
C’est un nouveau rapport pragmatique à la politique !

Pour les français les élections municipales n’auront pas d’impact sur leur quotidien

Les français ne se font pas trop d’illusion sur l’impact des élections municipales. 51% y croient comme s’ils avaient fait des progrès dans l’entrainement à la méfiance et au contrôle de la réalité. 48% estiment que les résultats n’auraient pas un impact important sur leur quotidien.
Selon le sociologue Ronan Chastelier, « il y a probablement un certain déficit motivationnel compte tenu d’une certaine idée d’impuissance des mairies en termes de moyen et compte tenu de la conjoncture économique ».
Est-ce que le local n’agirait pas aussi en « concept de secouriste » face à l’action de l’état, on opérerait ici dans une bulle d’ère résiduelle.

Enfin, si les élections municipales avaient lieu demain, 56% des inscrits iraient voter.

* Sondage WEKA/Opinion Way, réalisé sur un échantillon de 1170 personnes, représentatives de la population française âgées de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, et de région de résidence).

*Les Éditions WEKA, qui accompagnent depuis plus de 30 ans les décideurs des collectivités locales dans les domaines des marchés publics, budget et finances, ressources humaines, gestion des services publics (urbanisme, police municipale), action sociale, enfance et scolaire…, se sont intéressées aux enjeux déterminants pour les municipales 2014. Les résultats ont été obtenus grâce à un sondage, auprès de la population française, réalisé par OpinionWay.

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Yan de Kerorguen

Ethnologue de formation et ancien rédacteur en chef de La Tribune, Yan de Kerorguen est actuellement rédacteur en chef du site Place-Publique.fr et chroniqueur économique au magazine The Good Life. Il est auteur d’une quinzaine d’ouvrages de prospective citoyenne et co-fondateur de Initiatives Citoyens en Europe (ICE).

Category

Le Magazine

Tags

, ,