Même si la démocratie directe n’est pas pour demain, ce que nous allons observer ici, c’est la perte d’influence des partis politiques qui, depuis le début des années 1970, ont vu leur appareil, leur base militante et leur légitimité tomber en déliquescence. D’autre part, l’évolution des sociétés modernes et des technologies de communication a bouleversé les pratiques politiques, en donnant une indépendance à la société civile, à des mouvements d’opinion et même à des petits groupes d’individus qui s’expriment et agissent en dehors des partis politiques. Ainsi, bloquée au sommet par une oligarchie corrompue, la démocratie directe s’infiltre dans les sociétés occidentales par d’autres voies.

Auteur d’un indice mondial du bonheur (IBM), l’économiste Pierre Le Roy présente désormais un indice du bonheur régional brut (IRB) dont il ressort que sur des critères objectifs, l’Ile-de-France s’installe en tête du classement devant Rhône-Alpes et Pays de la Loire.