Du fait de revenus irréguliers, les intérimaires se trouvent parfois exclus des crédits bancaires classiques. Pour y remédier, le Fastt* (Fonds d’Action Sociale du Travail Temporaire), en partenariat avec des organismes de crédit agréés, propose des solutions de microcrédit permettant de financer tout projet qui contribue à faciliter l’insertion sociale et professionnelle.

Le Fastt facilite l’accès des salariés intérimaires à des solutions de microcrédit, grâce à un réseau de partenaires spécialisés (l’ADIE, Parcours Confiance et le Crédit Municipal de Paris). Cela représente une vraie réponse pour les intérimaires, parfois exclus des solutions de crédit classiques.

Entre 2011 et 2012, le nombre de demandes a augmenté de 18%. Plus de 1.000 salariés intérimaires ont ainsi bénéficié d’un microcrédit personnel par l’intermédiaire du Fastt soit 5% du volume total de microcrédit délivrés sur cette période par l’ensemble des opérateurs.

Le microcrédit personnel a pour but de financer un projet facilitant l’insertion sociale et professionnelle. Des projets tels que le financement du permis de conduire, l’achat ou la réparation d’un véhicule ou encore le financement des frais d’emménagement dans un nouveau logement représentent l’essentiel des demandes.

L’utilisation de son propre véhicule pour se rendre à son emploi est souvent une nécessité pour les français (70% des français utilisent leur véhicule pour se rendre à leur travail – étude INSEE 2009). Le microcrédit constitue, dès lors, un véritable outil de sécurisation des parcours professionnels pour ceux qui n’ont pas de solution de mobilité.

65% des demandes des salariés intérimaires concernent l’achat d’un véhicule
21% des demandes des salariés intérimaires concernent le financement du permis de conduire

Le microcrédit s’adresse aux personnes exclues du crédit bancaire classique mais disposant cependant d’une capacité de remboursement suffisante. Le montant de l’emprunt peut aller jusqu’à 3 000 € et est remboursable sur une durée maximale de 36 mois.

La particularité du microcrédit est qu’il n’est pas distribué par les agences bancaires classiques. Pour en bénéficier, les demandeurs doivent obligatoirement présenter leur projet à un service ou à une association d’aide sociale agréée. L’emprunteur bénéficie d’un accompagnement tout au long du crédit pour faire face à tout type de difficultés.

*Le Fastt (Fonds d’Action Sociale du Travail Temporaire), association loi de 1901 à but non lucratif créée en 1992, propose à l’ensemble des salariés intérimaires une gamme de prestations pour faciliter leur vie quotidienne. Financé, au travers d’un accord de branche, par les entreprises de travail temporaire et géré par les partenaires sociaux (le PRISME, organisation représentant les professionnels de l’intérim, services et métiers de l’emploi, et les organisations syndicales représentatives des salariés intérimaires : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, CGT-FO), le Fastt contribue à la consolidation du statut professionnel des salariés intérimaires. Les actions du Fastt soutiennent les salariés intérimaires au travers de services et de prestations facilitant l’accès au logement, l’accès au crédit, et l’accès à l’emploi. Le Fastt intervient également pour faciliter leur vie quotidienne (mutuelle santé, accompagnement social…). Chaque année, le Fastt répond à plus de 315 000 demandes d’information et délivre plus de 85 000 prestations

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Yan de Kerorguen

Ethnologue de formation et ancien rédacteur en chef de La Tribune, Yan de Kerorguen est actuellement rédacteur en chef du site Place-Publique.fr et chroniqueur économique au magazine The Good Life. Il est auteur d’une quinzaine d’ouvrages de prospective citoyenne et co-fondateur de Initiatives Citoyens en Europe (ICE).

Category

ARTICLES

Tags

, , ,