Souvenez-vous : « Mon véritable adversaire […] c’est le monde de la finance », déclarait François Hollande lors de son discours du Bourget en janvier dernier. Près d’un an plus tard, une loi sur les banques est en discussion ; et aussi surprenant que cela puisse paraître, cette réforme du système bancaire fait consensus entre les banquiers !

Pourquoi ? Notamment parce qu’elle ne sépare pas les banques de dépôts et les banques d’affaires. Elle se contente simplement de les filialiser, une solution qui ne réglera aucun problème. Tout laisse craindre une réforme au rabais, une « retouche cosmétique » qui ne permettra pas d’éviter les dérives actuelles :

L’économie réelle ne sera toujours pas protégée d’un possible Tsunami sur les marchés financiers ;
Les PME auront toujours autant de difficultés à se financer, alors qu’une vraie séparation obligerait les banques de dépôt à se consacrer pleinement au financement des PME et de l’artisanat ;
L’argent des contribuables continuera à servir d’assurance tout-risque pour quelques milliers de traders et autres cadres dirigeants.

Présenté ce mercredi en conseil des ministres, ce projet de réforme n’est absolument pas à la hauteur de la situation. C’est pourquoi avec d’autres réseaux citoyens – dont l’association DiaCrisis, présidée par Olivier Berruyer –, nous lançons une campagne pour demander aux élus de la Nation de ne pas voter une réforme édulcorée et d’agir avec force pour une vraie séparation des banques.

Il est grand temps de remettre la finance à sa place et vous pouvez agir :

Signez dès à présent l’appel via le site
www.monadversairecestlafinance.fr

et diffusez-le largement autour de vous ;
Aidez-nous à mener à bien cette campagne, faites un don au collectif Roosevelt.

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Place Publique

Place Publique s'affirme comme un contrepouvoir, notre projet entend prendre sa place dans l’information en ligne indépendante.

Category

DIVERS