Parmi les 15 propositions énoncées par le Comité Roosevelt 2012* pour un véritable New Deal français, plusieurs d’entre elles, notamment fiscales et financières, sont particulièrement éclairantes.

Souvenons-nous : au printemps 1992, les troupes serbes débutent le siège de Sarajevo. Un siège moyenâgeux commence, sous le regard paresseux et indifférent d’une Europe en train de s’élargir pour former, selon ses propres mots, « une entité modèle des droits économiques, sociaux et humains ! Les nationalistes serbes , sous les ordres du Général Ratko Mladic et du chef du Parti démocratique serbe de Bosnie (SDS), Radovan Karadzic, pilonnent la ville et empêchent son ravitaillement en nourriture, électricité, eau, carburant. Leurs dirigeants pensent obtenir la reddition de la ville en quelques jours. Le pont humanitaire mis en place sur l’aéroport de Sarajevo est constamment interrompu. C’est le combat de Goliath et David. La guerre d’une armée « ex-yougoslave », aux ordres de Belgrade, contre des civils bosniaques. Pourtant Sarajevo résistera jusqu’au bout. Jamais la ville ne sera prise.