Les grandes entreprises internationales sont de plus en plus adeptes des medias sociaux (Twitter, Facebook, YouTube, blogs d’entreprises ou autres réseaux spécialisés), selon une étude réalisée par Burson-Marsteller pour la 2ème année consécutive, sur les 100 premières entreprises du classement Fortune.

En 2011, 84 % des entreprises du classement Fortune 100 sont actives sur au moins un media social, contre 79 % en 2010

* Une hausse qui s’explique par la forte montée en puissance des entreprises asiatiques sur les réseaux sociaux (+50 % en seulement un an). Les entreprises européennes et américaines, quant à elles, stagnent (respectivement 89 %, soit +1 %, et 84 % soit -2 %).

* La présence numérique des grandes entreprises s’étend : en 2011, 25% utilisent les quatre réseaux sociaux étudiés contre 20% l’année précédente.

* Les entreprises européennes choisissent plutôt de concentrer leurs efforts sur une ou deux plateformes plutôt qu’une présence globale : seules 15% sont présentes sur les 4 plateformes.

* Les entreprises asiatiques utilisent les médias sociaux comme Twitter et Facebook pour toucher une cible occidentale, et préfèrent utiliser les champions locaux pour leur audience régionale : Renren (Chine), Mixi (Japon), Cyworld (Corée).

Twitter est le media social qui connait la plus forte hausse de participation des entreprises internationales (+18 %), s’imposant comme leur media social de référence

* 78 % y sont présentes en 2011 contre 65 % en 2010, devant Youtube (57 % en 2011 contre 50 % en 2010), Facebook (61 % en 2011 contre 54 % en 2010) et les blogs (36 % en 2011 contre 33 % en 2010).

* Avec 83 %, l’Europe possède le plus fort taux d’utilisation de Twitter parmi toutes les entreprises du classement “Fortune Global 100”.

* Le pourcentage des entreprises asiatiques possédant un compte Twitter est passé de 40 % en 2010 à 67 % en 2011.

* Les utilisateurs de Twitter parlent davantage des entreprises : 80% d’entre elles sont mentionnées par les utilisateurs de Twitter en 2011 contre seulement 42% l’an dernier

L’étude révèle une plus forte implication des entreprises sur les réseaux sociaux, qui semblent sortir d’une logique « top-down » au profit d’une meilleure interactivité

L’étude a également démontré que les entreprises étaient davantage engagées dans la conversation avec les autres utilisateurs, et leur répondaient sur les diverses plateformes sociales examinées.

* Sur Twitter, 67 % des entreprises étudiées utilisent la fonction « @ » et plus de la moitié (57 %) y diffusent des contenus provenant de leurs sites corporate. Cela représente une hausse de 76 % des entreprises utilisant le « @ » et une augmentation de 78 % des « tweets » par rapport à l’année dernière.

 La hausse la plus forte concerne les entreprises européennes, avec une croissance de 148 % de l’utilisation de la fonction « @ ».

* Sur Facebook, 74 % des entreprises autorisent les utilisateurs abonnés à leur page « fan » à écrire des messages sur leur mur et plus de la moitié (57 %) répondent aux messages et commentaires.

 Les entreprises américaines se montrent les plus ouvertes au dialogue : 89 % d’entre elles autorisent la publication sur leur mur par leurs fans et 72 % y répondent.

 En Europe, seules 59 % des entreprises étudiées autorisent les internautes à écrire sur leur mur, elles y répondent en majorité d’un simple « J’aime ça » (51 %).

« La hausse de l’utilisation des médias sociaux en Asie est en partie due à de plus forts investissements marketing dans la région, mais aussi aux efforts des entreprises asiatiques pour toucher un nouveau public à l’étranger », commente Mark Penn, PDG de Burson Marsteller. « De plus, les entreprises internationales intègrent mieux la nature interactive des réseaux sociaux, et sont plus enclines à engager directement leurs partie-prenante sur ces plateformes. »

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Yan de Kerorguen

Ethnologue de formation et ancien rédacteur en chef de La Tribune, Yan de Kerorguen est actuellement rédacteur en chef du site Place-Publique.fr et chroniqueur économique au magazine The Good Life. Il est auteur d’une quinzaine d’ouvrages de prospective citoyenne et co-fondateur de Initiatives Citoyens en Europe (ICE).

Category

Le Magazine

Tags