Le biomimétisme inspire de plus en plus l’univers de l’habitat dans une perspective de développement durable, tant dans la conception de certains matériaux que dans l’élaboration de systèmes complexes.

Série: « le boom des écohabitats du futur » (3)

Pourquoi ne pas utiliser des connaissances approfondies en biologie pour aider des designers, ingénieurs, architectes, urbanistes à trouver des solutions innovantes en observant les plantes, les animaux, les micro-organismes, à repérer les meilleures « trouvailles » de la nature, en termes de développement durable.

L’idée est la suivante : les organismes vivants sont les champions en durabilité : ils ont trouvé ce qui marche, ce qui résiste. Les procédés inventés par la nature sont incroyablement nombreux. Cette dernière a déjà résolu par nécessité nombre de problèmes auxquels nous sommes confrontés, qu’il s’agisse d’énergie, de contrôle du climat, de gestion de l’eau… .

Le biomimétisme a donné lieu à certaines innovations comme des surfaces auto-nettoyantes inspirées de la feuille de lotus, ou des produits aux propriétés anti-uv inspirés des hippopotames. Ou encore la séquestration de dioxyde de carbone dans des « briques vertes » copiant les principes du corail, ou la captation de l’eau contenue dans le brouillard à l’instar de certains insectes.

La discipline en est encore à ses premiers pas notamment dans ses applications à grande échelle. Tel le projet de Lavasa en Inde (voir place publique octobre 2009) ou encore le Eastgate (centre commercial et immeuble de bureaux) à Harare au Zimbabwe où l’architecte s’est inspiré des termitières pour construire une structure qui se refroidit sans avoir besoin d’un système d’air conditionné, par la seule circulation d’air et les échanges thermiques jour-nuit. Résultat une facture énergétique bien moindre que celle des bâtiments classiques comparables et donc des loyers moins chers. L’exemple d’Eastgate montre aussi l’importance d’étudier les solutions issues d’environnements plus contraints que ceux de nos contrées pour innover.

lire aussi :

  Habitat durable : une cité flottante aux Pays-Bas

 Des fermes verticales en écosystème

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris

Au sujet de Estelle Leroy

Estelle Leroy-Debiasi est journaliste professionnelle, Diplômée en Economie, ex rédactrice en chef du quotidien économique La Tribune. Elle contribue régulièrement au site ElCorreo, site de la diaspora latinoamericaine.

Category

ARTICLES

Tags

, , ,