jpg_LACANTINE-009BD.jpg

Le lieu de cette cantine pas comme les autres est bien choisi : « Passage des Panoramas », entre les grands boulevards et la place de la bourse, à la hauteur du 151 rue Montmartre dans le quartier historique des Passages, hantés par Zola, Lautréamont, Feydeau…et tant d’autres.

Créée il y a un an, la cantine est selon ses initiateurs, « le premier espace de travail collaboratif en réseau en Ile de France. La plate-forme est reliée à d’autres structures en France, ou à l’étranger (San Francisco, Barcelone, Sao Paulo, …) ».

Au menu de la cantine, le nouveau monde, la prospective, les métamorphoses du 21ème siècle. L’objectif des fondateurs du projet est de créer un environnement propice au fourmillement d’idées dans une atmosphère de liberté et de créativité. C’est aussi de mutualiser les énergies, les moyens et les compétences entre artistes, entrepreneurs, chercheurs, philosophes, étudiants et passants.

Conçue dans une ambiance très « open source », la Cantine facilite les coopérations fluides, rend possible le croisement de mondes qui travaillent dans des lieux éclatés, et . C’est à la fois, un labo, un cluster, une école, un endroit où l’on fait du business, une passerelle entre arts et technologies, et un lieu de rencontre où on peut boire un café. A la Cantine, on peut présenter un résultat de recherche, une proposition d’invention ou d’expérimentation ou bien un nouveau projet. On peut se réunir régulièrement à l’occasion d’événements, présentations et rencontres thématiques publiques, organisées en fin de journée et soirée en utilisant la totalité de l’espace.

jpg_LACANTINE-009BD.jpgOn y rencontre les « les Dames de la cantine », association qui organise des événements pour déjouer les inégalités femmes-hommes dans les sciences et les nouvelles technologies. On y retrouve les membres de la Fondation Internet Nouvelle génération (FING), réseau et think tank à la fois, dont l’un des programmes Villes 2.0 consiste à imaginer les services et les usages de l’internet mobile dans la ville de demain. On y croise aussi les entrepreneurs du Silicon Sentier, une association qui rassemble une centaine de PME technologiques (faberNovel , Bearstech, Dailymotion, Designers interactifs, Elegangz…) autour de projets collaboratifs baptisés « Quartier Numérique ».

Le lieu offre une visibilité aux entreprises porteuses d’innovation et favorise la « fertilisation croisée » des projets. Si Stephane Distinguin, pdg de faberNovel s’est investi dans la cantine et du Silicon Sentier, c’est parce qu’il croit à la force de la collectivité.

«Pour progresser, nous devons être solidaires et développer des projets communs. C’est ce qui fait la force de la Silicon Valley: Google n’aurait pas existé sans Yahoo!» Pour rompre l’isolement inhérent à toute petite entreprise, le dirigeant incite également ses salariés à y passer du temps. «Ils peuvent y trouver des idées, en se confrontant à d’autres… Les rencontres avec des PME-PMI plus traditionnelles peuvent faire émerger de nouveaux besoins.»

L’objectif ultime des responsables de La cantine: créer un réseau mondial de cantines numériques.

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Yan de Kerorguen

Ethnologue de formation et ancien rédacteur en chef de La Tribune, Yan de Kerorguen est actuellement rédacteur en chef du site Place-Publique.fr et chroniqueur économique au magazine The Good Life. Il est auteur d’une quinzaine d’ouvrages de prospective citoyenne et co-fondateur de Initiatives Citoyens en Europe (ICE).

Category

CITOYENNETE, DIVERS

Tags

, , , , ,