2012..2025..2050.. Jamais, on a autant parlé du futur. Mais jamais non plus en termes aussi sombres. Sans doute l’inquiétude sur l’environnement autour du changement climatique et de la hausse des tarifs de l’énergie y est-elle pour quelque chose. A cela vient se rajouter le bouleversement économique actuel. Du jamais vu depuis 1929 ! La crise financière qui se déroule depuis maintenant plus d’un an et qui a conduit à la chute des « subprimes », à l’effondrement du marché immobilier américain et à une baisse d’environ un tiers de la plupart des marchés d’actions laissera des traces. Mais des cendres de Wall Street, c’est sans doute un paysage financier totalement rénové qui va sortir. Avec à la clé une nouvelle dynamique industrielle. Et pouvons-nous le supposons de nouvelles idées, de nouveaux projets. Les choses sont claires : la conjonction du changement climatique, de la faillite du système financier mondial, de la fin du pétrole prévue en 2050, et les phénomènes qui les accompagnent (paupérisation, déséquilibre nord-sud,…) nous obligent à repenser des solutions de développement économiques régulées et durables. Ce qu’on appelle le « développement durable » est devenu la boussole prospective de la planète. Sur le terrain, dans l’ombre souvent, des associations, des initiatives, des groupes de recherches, inventent des possibles. Certains de ces projets, de ces modèles, sont déjà à l’œuvre, d’autres encore en gestation. Place-Publique a choisi d’en privilégier quelques uns. Ils sont symboliques d’une mutation en cours et offrent des perspectives stimulantes, même si ils ne sont pas forcément applicables.

Microfinance 

La microfinance va-t-elle s’avérer un exemple structurant de modèle vertueux ? Un outil de la vraie économie, qui préfigure peut être un nouveau mode de développement, davantage en prise directe avec la réalité ? Probablement.

Bonne nouvelle, la microfinance n’est pas affectée par la crise des marchés ! C’est Muhammad Yunus, père du micro-crédit et prix Nobel de la paix qui l’a lui-même déclaré il y a quelques jours, à Genève à l’occasion d’un forum organisé par le BIT. La microfinance continue de fonctionner car justement elle se situe hors de cette bulle financière incontrôlée (ce qui ne veut pas dire bien sûr que la crise financière n’aura pas de conséquence sur les pays les plus pauvres, ou sur les plus pauvres). Mais le système du micro-crédit avec des taux d’intérêt très bas ne fait état que de 1% à 2% de défaut de paiement, et ne porte pas en lui les germes d’une telle crise. «Face à la crise financière, la microfinance va montrer sa capacité de résilience», a diagnostiqué Jean Zwahlen, président du Forum de la microfinance de Genève. Voilà qui va conforter ses défenseurs alors que va se tenir du 18 au 25 octobre, la semaine nationale dédiée à la promotion de l’épargne solidaire, initiée notamment par l’association Finansol.

Car la microfinance s’est au fil de ces dernières années, élargie. Elle dépasse le seul microcrédit, incluant d’autres services – épargne, assurance, transferts d’argent etc.- En résumé, il s’agit de permettre à tous ceux qui sont exclus du système financier classique ou formel d’accéder à un ensemble de produits financiers. Comme le souligne Maria Nowak, fondatrice de l’Association pour le droit à l’initiative économique, l’ADIE, « la différence principale, par rapport au crédit classique, est qu’il est orienté sur une cible nouvelle : les pauvres et les exclus. Il reconnaît leurs talents, leurs besoins et leur capacité à rembourser les prêts…. Il invente des méthodes et des garanties qui leur conviennent…Il permet ainsi de découvrir que les gens exclus du crédit bancaire sont, comme les autres, dotés de l’esprit d’entreprise, de la capacité de jugement et qu’au surplus, ils remboursent plutôt mieux que les riches. »

Bref, ceux qui ont recours à la microfinance sont susceptibles de devenir des agents économiques du changement. Ce mécanisme est d’autant plus utile lorsqu’ils ont identifié une opportunité économique et qu’ils sont du coup en mesure de la développer en se procurant l’argent dont ils ont besoin. La microfinance qui connaît une croissance relativement récente en Europe repose sur le lien social, et répond à un objectif de cohésion sociale…. »C’est une finance de proximité, proximité géographique bien sûr mais surtout culturelle. » explique Michel Lelart (CNRS-Université d’Orléans. De nombreuses organisations sont désormais actives sur ce créneau, qu’elles soient d’inspiration coopératives, associatives ou ONG, chacune dans son rôle.

En France, l’ADIE a contribué depuis 1989 à la création de 50 000 entreprises générant 58 000 emplois pour autant de prêts solidaires octroyés. Mais beaucoup reste à faire, comme le montrent, dans leur étude, Audrey Raabe et Vincent Lagalaye (1). Ils rappellent que le marché du microcrédit concerne les prêts de moins de 25 000 euros octroyés à des micro-entreprises créées ou développées par un public « classique » (microcrédit bancaire) ou par des personnes en situation précaire (microcrédit non bancaire). Si l’offre bancaire annuelle de microcrédit est estimée à 111 000 projets, l’offre non bancaire de microcrédit qui est le fait de l’Adie (Association pour le Droit à l’Initiative Economique), seule association habilitée est de 10 000 microcrédits en 2007. Cette offre ne permet pas de répondre à la demande potentielle, qu’ils estiment à 211000 projets par an pour le microcrédit bancaire et entre 90 000 et 140 000 pour le microcrédit non bancaire.

« Le cadre institutionnel actuel freine à la fois l’offre et la demande potentielle de microcrédit » constatent-ils. Certes, des améliorations ont été apportées à l’environnement du microcrédit, comme la possibilité pour les institutions de microcrédit habilitées d’emprunter auprès des banques pour ensuite prêter à leurs clients, de même, la création d’entreprise a été reconnue comme une voie d’insertion, et les cotisations sociales au démarrage ont été simplifiées et allégées pour les bas revenus. « Néanmoins, des freins importants persistent comme par exemple le financement insuffisant de l’accompagnement des créateurs d’entreprise…». En 2007 l’Initiative européenne pour le développement du microcrédit a été adoptée par la Commission européenne, avec la mise en place d’un Réseau et pour la période budgétaire 2007-2013, d’une initiative intitulée JEREMIE -Joint European Resources for Micro to Medium Enterprises initiative-. Beaucoup d’attentes derrière ces mesures.

( 1) « Le marché du microcrédit en France » par Audrey Raabe (Adie), Vincent Lagalaye (Adie) Janvier 2008

Nanoindustrie

« Les nanotechnologies vont entraîner un changement de civilisation » n’hésite pas à affirmer la National Science Foundation. Jusqu’aujourd’hui, l’enjeu consiste à changer le monde par l’information. Demain, il s’agira de changer le monde par la matière. L’ambition des nanotechnologies est de développer le même niveau de contrôle sur la matière que celui que nous avons sur l’ information, en programmant la matière à une échelle minuscule . La nanoindustrie n’est pas une industrie émergente mais un éventail de moyens manipulant la matière à l’échelle de 1 à 100 nanomètres. Au lieu d’un nouveau phénomène comme l’internet, les nanos offrent des nouvelles possibilités pour des milliers de matériaux qui existent déjà » mais que l’on peut rendre intelligents (adaptatifs), hybrides (électronique mi-silice, mi-organique) ou re-configurables. Les nanotechnologies, si l’on en croît les spécialistes, devraient offrir, au moins sur le plan des essais en laboratoires, des solutions inattendues pour obtenir des produits de substitution ne faisant appel qu’à des matières premières et des énergies simples et en grande quantité. On obtiendrait alors des ressources qui pourraient en grande partie remplacer celles que produisent actuellement les agricultures et les industries en détruisant l’écosystème. Elles pourraient également contribuer à la dépollution et à la transformation des déchets. A terme, elles pourraient diriger la mécanosynthèse d’innombrables composés susceptibles de servir de substituts alimentaires et de participer à l’enrichissement des organismes vivants et même de leurs systèmes nerveux. Un rapport d’analyse publié en 2004 par Lux Research, Inc. souligne la capacité des nanotechnologies de « modifier les parts de marché, de déplacer les chaînes de production et la main d’oeuvre dans presque tous les secteurs. »

De ce point de vue, la perspective nano devrait induire une restructuration de pratiquement toutes les activités. les progrès de la miniaturisation permettent déjà d’observer et de manipuler des atomes pour fabriquer des nanoobjets. Qu’ont-ils de si spécifique ? C’est simple : à l’échelle du nanomètre (milliardième de mètre), on sait que les propriétés de la matière font des caprices étonnants. Ainsi le cuivre devient élastique, l’aluminium combustible, l’oxyde de zinc transparent. Mais c’est le « nanocarbone » qui révèle des potentialités presqu’incroyables. Il est cent fois plus résistant et six fois plus léger que l’acier. Solidité, élasticité, conductivité, résistance, capacité de stockage, petitesse…de quoi exciter les appétits des majors de l’industrie et caresser les projets les plus fous comme fabriquer des autos pesant 25 kilos. « Le marché des nanotechnologies représentera 1000 milliards de dollars en 2015 » soutient la National Science Foundation. Après 200 ans de révolution industrielle, les experts estiment que les 20 années à venir vont amorcer un changement radical dans nos modes de consommation.

Fab labs

Une sorte de mini usine personnelle, appelés « Fab Lab » conçue pour produire des objets en série, chez soi, au bureau, dans son village. Un modèle de développement local expérimenté au Bénin et en Norvège. Ces « micro-ateliers» sont le fruit de recherches qui devraient, selon son inventeur (Neil Gershenfeld est professeur de physique du Massachussets Institute of Technology de Boston), révolutionner les économies locales dans les dix années à venir. Des communautés villageoises pourront par exemple posséder leur propre petite usine pour fabriquer rapidement et simplement ce dont elles ont directement besoin, ou des produits introuvables et inaccessibles. Grâce à la miniaturisation électronique et à l’intelligence dans les objets, «demain, nous pourrons tous être des entrepreneurs personnels », à moindre coût. Le credo de Neil Gershenfeld, tient en deux principes: «do it yourself » et « comment fabriquer n’importe quoi? » Son invention est partie d’une observation simple : « Donnez au gens des Personal Computer (PC), ils fabriqueront leurs propres programmes. Donnez leur des Personal Fabricator (PF), ils fabriqueront leurs propres objets. De la taille d’un photocopieur, elles offrent la possibilité de fabriquer à la demande et en trois dimensions, en un seul temps, à peu près n’importe quoi : des bijoux, des vêtements, des jouets en plastique , des lampes, des chaises, des prothèses… Ces « fabricateurs personnels » sont composés de tout le nécessaire pour découper, mouler, assembler, les matériaux, qu’ils soient en plastique, en métal. Il intègre les technologies d’usinage : découpeuses laser ou à jets d’eau, fraiseuses et forets de précision, tours et imprimantes. L’informatique interne fonctionne sous logiciel libre Linux. Il offre l’avantage d’ajouter de l’intelligence à la demande, grâce à des micro-contrôleurs capables de mener rapidement des opérations simples de calcul et de contrôle. En plus, ce qui est construit peut être défait et recyclé. Les éléments de la machine sont en général disponibles dans le commerce. Seuls obstacles, la taille : les PF ne peuvent construire évidement quelque chose qui est plus gros qu’elles, et le prix ; une unité nécessite un investissement de 20 000 dollars. Chaque Fab Lab peut être spécialisé : « fabrication de réseaux sans fils pour les populations nomades, d’instruments agricoles pour des paysans, d’outils éducatifs pour des écoles. Grâce aux “fabricateurs personnels” les étudiants de Gershenfeld ont déjà réalisé une bicyclette. Une fois conçu et réalisé, un tel prototype peut circuler sur l’internet et être téléchargé par d’autres qui n’ont ensuite qu’à le fabriquer.

Hydronet

Pour l’économiste Jérémy Rifkin, après la 2ème mondialisation née dans les années 80, avec Internet, la chute du mur de Berlin et la libéralisation des marchés financiers, d’ici 2025, nous serons dans la 3ème mondialisation. Ce sera celle de l’hydrogène ouvrant la voie à une extraordinaire révolution économique et énergétique. Pour Rifkin, si l’hydrogène qui est propre et inépuisable n’est pas abandonnée aux grands fournisseurs d’électricité, « les piles à combustible permettront à chaque être humain de produire et même d’échanger sa propre électricité laissant place à une société conviviale, où régnerait l’égalité des chances énergétiques». « J’ai quelques kilowatts en trop cette semaine, ça vous intéresse ? Non, non, vous ne me devez rien, vous me les rendrez à l’occasion  » voilà la société qu’imagine Jeremy Rifkin, une société conviviale, où régnerait l’égalité des chances énergétiques – l’hydrogène est l’élément le plus répandu sur Terre comme dans tout l’Univers – et où par la même occasion, une guerre avec un pays producteur de pétrole n’aurait plus beaucoup de raisons d’être. Un nouveau régime énergétique apparaît, susceptible de reconstruire la civilisation sur d’autres fondements. L’ensemble de nos institutions économiques, politiques et sociales, ainsi que nos modes de vie s’en trouveraient transformés. ».

Gratuit et payant

« Le capitalisme du XXIe siècle organise scientifiquement la destruction de cette société industrielle », écrit Daniel Cohen dans « les temps modernes »(Flammarion).. La grande entreprise industrielle, intégrant toutes les grandes fonctions, de la recherche à la production, voire la distribution de ces produits, et assurant une carrière, une progression salariale à des salariés aux profils très variés, c’est fini ! Il décrit à quoi ressemble la nouvelle organisation du travail et de l’économie après deux révolutions profondes : celle d’Internet et celle de la finance. Et explique ainsi la perte de repères de beaucoup de salariés. Dans son dernier livre consacré à la société post-industrielle, Daniel Cohen considère justement qu’au XXIè siècle, la rivalité entre le « gratuit » et le « payant » sera à la mesure de la confrontation qui opposa durant le siècle précédent « le public » et le « privé.

Le SOL

Le « sol » est une carte à puce pour contribuer au développement de l’économie locale, sociale et solidaire. Elle permet de cumuler des points SOL et les réutiliser pour régler une partie de ses achats dans le réseau des partenaires SOL. Elle rend visibles et reconnaît la valeur de tous les comportements solidaires, écologiques et citoyens. Plusieurs fonctions sont définies : Échanger en temps, entre personnes ou entre associations ; accéder à des services proposés sous forme d’échange-temps ; valoriser la participation à la vie locale, encourager les actions solidaires sur un territoire. Les collectivités territoriales, CCAS, comités d’entreprise peuvent également utiliser la carte SOL pour renforcer leurs politiques. En proposant une monnaie complémentaire, le SOL vient réinterroger notre représentation de la monnaie et des outils possibles pour développer les échanges. Et la construction collective de cet outil d’échange nous amène à véritablement dessiner, avec les différents acteurs concernés, les contours d’un monde plus solidaire. Cette interrogation sur la monnaie amène alors chacun à se poser des questions sur le système monétaire actuel, questions souvent gardées dans l’opacité la plus totale : comment se crée la monnaie, qui a pouvoir de création monétaire, comment se gèrent les systèmes monétaires, quel en est le contrôle démocratique ? Ainsi le SOL est également un outil d’éducation populaire pour une réappropriation démocratique de la monnaie. www.sol-reseau.coop

Les systèmes d’échange local

Les SEL reprennent une nouvelle saveur en plein éclatement de la bulle financière. En Argentine en 2001 on a vu comment le troc plus ou moins organisé à travers plus de 8000 clubs avait donné de l’oxygène à la vie quotidienne de millions de citoyens alors que leurs avoirs bancaires étaient bloqués. Les professions, même les plus réputées  s’y étaient mises, une heure de psychanalyse contre une heure d’avocat ou de cour d’anglais. Heureusement nous n’en sommes pas là. Les quelque 350 SEL qui se sont développés en France depuis les années 90 regroupent des personnes qui pratiquent un échange multilatéral de biens et services ou de savoirs, dans une zone de proximité ; l’échange est souvent compté en temps passé comme unité de référence. Souvent caricaturés à tort, ils sont au cœur du débat autour de la notion de valeur-travail, temps, salariat ou non…Le développement des Systèmes d’échanges locaux (SEL) correspond à l’avènement de « nouvelles » formes d’engagement. Les échanges dans les SEL se font souvent gré à gré, créant une échelle de valeur entre les compétences. Ainsi, dans certains SEL une heure de ménage peut valoir moins qu’une heure d’informatique, alors que d’autres sont égalitaristes (une heure de repassage = une heure d’informatique). Plus élaboré se veut le système de « banque du temps » dans lequel les échanges ne seront pas nécessairement réalisés entre deux intervenants, et peuvent être dissociés et démesurés.

A travers ces savoir-faire et biens échangés, l’idée est certes d’économiser de l’argent sonnant et trébuchant mais aussi d’améliorer la qualité de vie. En ayant accès plus facilement à certains biens ou services « Ce qui fonde l’organisation des échanges au sein des SEL, ce n’est pas le travail au sens où l’entend le code du travail, mais une critique du statut et de la voaction de l’argent comme mode dominant de régulation de l’économie capitaliste », explique Smaïn Laacher, sociologue au Centre d’études des mouvements sociaux (EHESS-CNRS), auteur de « Les Sels. Une utopie anticapitaliste en pratique » ( éditions La Dispute, 2003.) Le ministère du Travail, et celui de l’Economie et des Finances ont les SEL à l’oeil, considérant que ces pratiques s’apparentent à des relations de bon voisinage, tant qu’elles ne se transforment pas en activité récurrente au risque de se voir requalifier en travail illégal. Les SEL expérimentent localement une manière de réordonner différemment les conditions de l’échange. Ces mécanismes s’insèrent de plus en plus dans la dimension locale des problèmes liés au chômage et à l’exclusion sociale.

« Crowdsourcing »

Plus d’un milliards d’individus utilise aujourd’hui le réseau en ligne. Tout couvrir, tout connecter, telle semble être la voie naturelle du world wide. Impossible de passer à côté du potentiel que représente cette « foule solitaire » pour l’avenir du commerce et des échanges. D’ici à 2015, pratiquement tous les réseaux fixes de communication et de diffusions seront fédérés sur la toile. Utiliser le pouvoir d’influences des communautés internet, des blogs et des forums comme source d’innovation, tel est le nouveau crédo des entreprises qui commencent à mesurer l’immensité de l’enjeu. Comment laisser échapper une manne pareille? L’engouement pour les sites participatifs de partage d’idées et de projets ne fait que commencer. Ce phénomène porte un nom: le « crowdsourcing ». Autrement dit : l’utilisation des passionnés d’Internet et des millions d’adeptes des réseaux sociaux comme outils pour trouver des idées précieuses. Le mécanisme permet d’intégrer “l’expertise qui se trouve à la périphérie”: Certes, toute idée émise par la foule virtuelle n’est pas socialement recevable. Mais sur la masse de la toile, toute idée nouvelle est déjà socialement reçue, donc commercialement peu risquée. «Ce phénomène qu’on pourrait, dans un futur proche, qualifier de nouvelle économie ou de l’intérim 2.0, tant à se généraliser dans de nombreux domaines pour progressivement concurrencer l’économie dite traditionnelle» fait observer Jeff Howe, journaliste au magazine Wired.

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Yan de Kerorguen

Ethnologue de formation et ancien rédacteur en chef de La Tribune, Yan de Kerorguen est actuellement rédacteur en chef du site Place-Publique.fr et chroniqueur économique au magazine The Good Life. Il est auteur d’une quinzaine d’ouvrages de prospective citoyenne et co-fondateur de Initiatives Citoyens en Europe (ICE).

Category

ARTICLES

Tags

, , , , , ,