En France, plus de 150 communes ont délibéré la mise en œuvre d’un Agenda 21. Retour sur une initiative à l’ordre du jour.

Rappel

Le sommet de la Terre à Rio, en 1993, a été marqué par la création d’un outil innovant adopté par 173 pays : l’Agenda 21. Son but ? Mettre en oeuvre le développement durable au 21ème siècle, par le biais de mesures concrètes réalisées à différentes échelles : nationale, régionale, départementale, intercommunale, locale.
Les Agendas 21 français sont placés sous l’égide du Comité 21, créé en 95.

Les objectifs de ce Comité sont multiples : accompagner ses adhérents dans la mise en œuvre opérationnelle du développement durable, animer le partage des outils et des « best practices », et produire, en concertation avec ses adhérents, des recommandations stratégiques et méthodologiques. Le Comité 21 a réalisé en janvier le Guide de l’éco-électeur en partenariat avec la Fondation Nicolas Hulot.

Un Agenda 21 est un outil structuré, qui se réalise en quatre étapes :

 Le diagnostic partagé : Cet état des lieux du territoire révèle les enjeux prioritaires autour desquels va s’orienter le plan d’actions.

 Stratégie : Cette étape sert à déterminer des objectifs précis à atteindre. En France, cette étape est atteinte par 90% des communes qui se sont engagées à la réalisation d’un Agenda 21.

 Plans d’actions : Listage des différentes étapes du projet (étape atteinte par 36% des communes)

 Mise en œuvre du plan d’actions (étape atteinte par 5% des communes).

Deux principes majeurs déterminent la mise en œuvre d’un Agenda 21 :

 La participation : l’Agenda 21 est un projet interactif, tous les citoyens sont invités à donner leur avis sur les différentes étapes du projet.

 La transversalité : l’Agenda 21 couvre les trois points clef du développement durable : social, écologique, économique. Elle regroupe des projets très variés, liés de près à la petite enfance, à l’environnement, à l’international, aux personnes handicapée … Cette transversalité fait donc de l’Agenda 21 un outil de cohésion, qui pousse les différentes Directions à travailler en partenariat sur des projets transversaux.

L’Agenda 21 pourrait sembler un moyen simple pour les communes d’acquérir une étiquette de « politiquement correct ». C’est en réalité un projet lourd et exigeant, dont les réalisations concrètes à terme pourraient réellement améliorer la vie quotidienne des citoyens. Souhaitons bonne chance aux nombreuses communes qui en sont encore à l’étape de détermination des objectifs, et espérons une réalisation rapide et efficace de ces projets si beaux sur le papier !

Plus de détails sur le site officiel du Comité 21 : http://www.agenda21france.org

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris