« La coopérative de diffusion CO-ERRANCES est née en janvier 2003. En réunissant des revues, des sociétés de production de films, des éditeurs de livres, des associations, des festivals.Co-errances est née d’une combativité tant culturelle que proprement politique : à rebours des logiques de concentration financière et de standardisation de plus en plus mortifères dans le monde des arts et de la culture, Co-errances a proposé une contre-offensive ne reniant certes pas l’utopie, mais avec une exigence pragmatique quant au système économique réel.

Face à l’ultra-concurrence présentée comme un des fondamentaux du genre humain en général et de l’économie en particulier, cette coopérative a relevé un pari qui a engendré une dynamique collective inespérée : en misant sur l’esprit coopératif et en tenant comme indissociables les mises en œuvres artistiques et les réflexions sur la société, l’expérience de Co-errances prouve que d’autres circulations des œuvres et des idées sont bel et bien possibles en dehors des circuits des majors et de la grande distribution.

Sans renier l’exigence de viabilité propre à toute entreprise, la coopérative s’est démarquée quotidiennement des pratiques des entreprises vendant indifféremment des livres, des journaux ou des missiles, des films ou des produits boursiers. Co-errances s’est structurée autour d’une diversité de démarches reliées par le refus commun de se plier aux impératifs des formatages et autres exigences du marketing. De telles volontés ne peuvent aller sans heurts, sans erreurs, sans failles : un (mauvais) procès intenté par une maison de production vient déséquilibrer l’économie de la coopérative, qui n’a pas été conçue, on s’en doute, pour accumuler des réserves

Après quatre ans d’existence, la coopérative traverse une période difficile et nous nous tournons vers tous ceux qui jugent indispensable de pérenniser une structure de diffusion/distribution telle que Co-errances dans un paysage culturel marqué par le contrôle de quelques oligopoles sur la majorité de la presse, de l’édition, du cinéma, de l’audiovisuel. A l’instar de journaux ou d’associations dont les objectifs ne sont pas d’abord et avant tout le profit, Co-errances connaît aujourd’hui des difficultés financières conduisant la coopérative à faire cet appel à une souscription nationale, qui lui éviterait de fermer ses portes à très court terme.

Nous restons convaincus de la nécessité d’inventer des modes opératoires et cohérents de diffusion pour des démarches indépendantes de création. Dans une période de grande fragilité, d’incertitude et de précarité, au cœur d’une bataille difficile, nous avons besoin de votre soutien. Ce combat ne pourra être gagné qu’avec toutes celles et tous ceux qui sont convaincus que la culture est une affaire suffisamment décisive dans nos vies quotidiennes pour ne pas être laissée aux seules mains du fondamentalisme marchand.

Si vous partagez quelques-uns de ces constats, et si vous souhaitez que cet outil continue d’exister, ne tardez pas, soutenez Co-errances et faites passer cet appel ».

Du 8 au 17 décembre 2006

Librairie éphémère de Co-errances

Au « Lieu dit »

Tous les jours à partir de 16h (jusque 22h)

6 rue Sorbier 75020 Paris M° Ménilmontant ou Gambetta côté Nadaud

(Entrée libre)

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Place Publique

Place Publique s'affirme comme un contrepouvoir, notre projet entend prendre sa place dans l’information en ligne indépendante.

Category

DIVERS

Tags

, ,