Organisé par le M.I.B.

« Cela fait 30 ans que les banlieues réclament justice. 25 années que des révoltes, des émeutes, des manifestations, des Marches, des réunions publiques, des cris de colère avec des revendications précises ont été formulés.

15 ans déjà que le Ministère de la Ville a été créé pour répondre à l’exclusion et à la misère sociale des quartiers dits défavorisés. Les Ministres passent avec leurs lots de recettes miracles : DSQ, ZEP, ZUP, BAC, ANRU…. La banlieue sert de défouloir pour des politiques et des médias en mal de petites phrases assassines sur les « zones de non-droit », « les parents irresponsables », la « mafiatisation » et autres « dérives islamistes ».

Les habitant(e)s des quartiers, et notamment les jeunes, sont stigmatisés et désignés comme responsables de toutes les dérives de notre société. Ca ne coûte pas cher de donner des leçons de civisme et de montrer du doigt les « racailles » ou les « sauvageons » en les jetant à la vindicte populaire. Et ça peut rapporter gros. Les banlieues deviennent une problématique à part, dont on confie la gestion à la police et à la justice.

Pourtant des Minguettes (1981) à Vaulx-en-Velin (1990), de Mantes-la-Jolie (1991) à Sartrouville (1991), de Dammarie-les-Lys (1997) à Toulouse (1998), de Lille (2000) à Clichy, le message est clair :

Assez des crimes policiers impunis, assez des contrôles au faciès, assez des écoles poubelles, assez de chômage programmé, assez des sous-emploi comme le CPE, assez de logements insalubres, assez des prisons, assez de hagra et d’humiliations !

Assez des justices parallèles qui protègentles hommes politiques corrompus et qui condamnent systématiquement les plus faibles. On s’habitue aux souffrances silencieuse de millions d’hommes et de femmes qui subissent au quotidien des violences sociales bien plus dévastatrices qu’une voiture qui brûle.

Pour le MIB (Mouvement de l’immigration et des banlieues), il est légitime de se révolter contre cet ordre social. Le MIB est issu de ces révoltes. La majorité de ses militants viennent de ces quartiers marginalisés et ont eu à subir directement la répression des politiques de gauche comme de droite, et parfois la prison.

Depuis des années, nous avons mené de nombreux combats contre la double-peine, contre les crimes policiers et leur impunité, contre les expulsions de logements, pour l’égalité tout court… Malgré le manque de moyens, malgré l’isolement, nous avons tenté de nous organiser, de créer des réseaux, de construire un rapport de force…

Nous ne déléguerons nos luttes et nos causes à personne, ni aux partis de droite, ni aux partis de gauche, qui font de la récupération, du clientélisme une politique pour nos quartiers.

Aujourd’hui, nous avons décidé de construire par nous-mêmes un mouvement politique structuré dont la priorité est la défense des intérêts du « peuple des banlieues » et de ceux qui ailleurs, subissent aussi les inégalités politiques et sociales.

A l’occasion des 10 ans du MIB, nous vous propososons de venir en débattre, de faire le bilan de nos expériences, et construire des perspectives pour l’avenir de nos cités. »

Lieu :

A LA BOURSE DU TRAVAIL DE ST DENIS à partir de 14h

11 Rue Genin – M°13 St Denis Porte de Paris

Renseignements : 01 40 36 24 66/m-i-b@hotmail.fr

Site : http://mib.ouvaton.org

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris