Le café citoyen de Lille a été inauguré en septembre 2005. Depuis, un public hétéroclite s’y presse pour boire un cacao équitable et assister à des manifestations associatives. Récit d’une aventure économique – le café est une coopérative – et… solidaire.

La buée a envahi les vitres du Café Citoyen. Il flotte dans l’air comme un parfum de cacao… équitable, bio. Chaises en bois, sucrier sur le zinc, il fait bon. Avec Laurent, le tenancier, on papotte comme à la maison. Une maison qui accueille tout un chacun. Promeneurs oisifs, familles piailleuses, cadres stressés, lycéens jongleurs de feu… Les gens, ceux de la ville, ceux des champs, les copains qu’on bichonne, les inconnus de passage qu’on étonne. Un ami m’y avait déjà invitée à déjeuner. Jus de pomme de l’avesnois et tarte au potimaron. On vient souvent place du Vieux Marché aux Chevaux par affinité. « Tu verras, c’est un super squat. Toutes sortes d’associations s’y retrouvent au premier étage pour faire des soirées et des conférences » m’avait-on dit.

Au deuxième, il y a une sorte de salon avec un canap’, plein de docs et un PC équipé en logiciels libres. Un jour, l’asso « Le Pas de Côté » fait une soirée sur le thème « coopération et informatique libre ». La semaine d’après, des bookcrossers se rassemblent pour échanger des livres… Ça discute, ça débat.

cafecitoyen.jpg

Un lieu d’information et de débat

En plein coeur du centre de Lille, à trois pas de la Place de la République, le café citoyen n’a pourtant pas l’air différent des autres bistrots. On y entre aussi par hasard, c’est le but du jeu. La carte amène les convives à comprendre doucement qu’ils viennent d’entrer dans une autre dimension. Un whisky bio, une bière blanche du Hainaut, un café bio-équitable du Mexique… Pour un jus de fruit de saison, Laurent sort le mixeur et vous prépare tout ça tranquillement. Agriculture biologique ? Commerce équitable ? Pendant ce temps là, on vous explique, on vous informe. C’est d’abord ça un café citoyen : un café qui, plus qu’un lieu de consommation, est un lieu d’information, de discussion, de rencontre.
On vous donne ensuite le programme des évènements. Vous sortez de là forcément différent. Vous y reviendrez peut-être, même exprès.

Laurent m’explique qu’il a été animateur de réseau associatif pour la Maison de la Nature et de l’Environnement pendant plus de 5 ans. « Question d’efficacité, dit-il. On a envie d’élargir la cible, de toucher un public qui n’est pas forcément déjà sensibilisé aux questions sociales et environnementales. Question d’Histoire également, les cafés ont toujours été des lieux de rencontre et de débat d’idée au coeur de la cité ». De développeur à cafetier, il n’y avait finalement qu’un petit Canyon que Laurent a franchi l’an dernier.

Mais comment a-t-il abordé ce projet ? A-t-il été soutenu dans ses démarches ? Il y avait 2-3 ans déjà que l’idée faisait son chemin. L’ensemble du réseau, relationnel et institutionnel, a été mobilisé. Les boutiques de gestion tout d’abord l’ont accompagné dans les démarches liées à la création d’entreprise. Il
fallait que le projet soit viable sur un plan économique. Il a fallu l’écrire, se former à la gestion, aux subtilités du métier, au langage commercial…

Une fois le statut déterminé – la société coopérative ouvrière de production -, le réseau des SCOP l’a également beaucoup soutenu sur le plan juridique. L’organisme de conseil Aprobio l’a, par ailleurs, orienté dans le dédale de la filière biologique : normes, producteurs, fournisseurs… Enfin, les Clubs Cigales l’ont soutenu par le biais d’aides financières et de conseils. Un club cigale a d’ailleurs spécialement été créé à l’occasion de ce projet et tous participent encore au bon déroulement des activités.

Chaque mois, les partis prenantes du café citoyen (près de 50 personnes dont 35 des clubs cigales) se réunissent et veillent au grain. C’est un soutien très important pour les porteurs de projet. Laurent précise : « on a tout le temps le nez dans le guidon, ça aide à voir si on ne s’éloigne pas du projet initial et si la direction est bonne ». Le café citoyen compte aujourd’hui 2 salariés. Mais comme le dit si doucement mon hôte : « pour moi, les 35 heures, c’est du rêve ».

Résultats encourageants

Le café citoyen a fait son inauguration à l’occasion de la Braderie de Lille le 2 septembre dernier. Les premiers résultats sont plutôt encourageants même si l’activité ne permet pas encore de faire vivre ses travailleurs acharnés. Qualitativement, l’objectif est en tous cas atteint car il vient au café citoyen un public hétéroclite, de tous genres et de toutes tendances politiques. Les associations n’ont de cesse de contacter le café citoyen pour y organiser soirées,
rassemblement, festivités… Le tout après un an de galère, de paperasse, de discussion, de négociation, mais aussi d’amitié, de mobilisation, d’apprentissage. Gageons que l’avenir leur réserve un succès à la hauteur de leurs convictions et… de leur cacao !

La carte, le programme des rencontres, les coordonnées… Retrouvez le café citoyen sur le net à l’adresse suivante : http://www.cafecitoyen.org

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Place Publique

Place Publique s'affirme comme un contrepouvoir, notre projet entend prendre sa place dans l’information en ligne indépendante.

Category

SANTE

Tags

, , ,