18 juin 2005

Tabula rosa

Ils sont trois, trois architectes et urbanistes, qui ont conceptualisé un jeu de table dont l’objectif est de créer des scénarios pour la ville. Quatre joueurs, des citoyens la plupart du temps, sont exposés à des enjeux et doivent penser ensemble des transformations urbaines. « Le jeu fonctionne quand les motivations des participants sont différentes. Ce qui nous mobilise, c’est que via le jeu, des centres d’intérêt divergents – développement économique, action sociale, etc. – s’intégrent dans un projet commun« , explique Petra, l’une des fondatrices de Tabula rasa, jeu de mot linguistique s’inspirant de l’expression latine « tabula rasa » (table rase).

Le groupe intervient dans le cadre d’études urbaines ou de festivals. Ainsi, dans le Xè arrondissement de Paris, les architectes/urbanistes ont participé dernièrement au festival des architectures vives. A cette occasion, différents projets concrets de transformation urbaine ont émergé. Il en va ainsi de la Maison du métabolisme parisien, centre de déchets, producteur d’énergie, centre culturel et éducatif tout à la fois ou comment traiter et transformer les déchets de la capitale en énergie observable par les visiteurs.

Autre scénario, tout droit sorti de l’imagination des citoyens : le développement de terrasses installées dans la rue sur le toit de containers. Dans les containers qui servent de socle, on peut stocker chaises, tables, boissons… Les terrasses pouvant, selon les saisons, devenir café, patinoire, piscine, marché, etc.

« Dans les débats sur le développement urbain, le public n’a pas nécessairement conscience des aspects techniques et financiers. En revanche, un engagement créatif leur permet de proposer une forme d’urbanisme alternative. Il faut donc
que chacun s’exprime et trouve place dans la démarche participative
« , poursuit Petra, engagée dans ce réseau informel par amour pour la ville. Elle précise : « L’intérêt du jeu, c’est qu’il permet de dévier le regard de chaque groupe d’intérêt et d’ouvrir des horizons. C’est une démarche créative, constructive et opérationnelle« .

A ce jour, aucun des scénarios collectifs n’a pu être concrétisé. En attendant, le groupe expose le résultat des jeux, réalise des maquettes, etc. pour « reconstituer une ville aux visages, histoires et voix multiples dévoilant une ville sous-jacente, suspendue entre l’imagination et le futur ».

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Anne Dhoquois

Anne Dhoquois est journaliste indépendante, spécialisée dans les sujets "société". Elle travaille aussi bien en presse magazine que dans le domaine de l'édition (elle est l'auteur de plusieurs livres sur la banlieue, l'emploi des jeunes, la démocratie participative). Elle fut rédactrice en chef du site Internet Place Publique durant onze ans et assure aujourd'hui la coordination éditoriale de la plateforme web Banlieues Créatives.

Category

DIVERS

Tags