Une fois par mois, une équipe de bénévoles invite les Parisiens à partager avec eux des moments de coopération. Danse folklorique, conte, théâtre, création commune… sont autant d’outils pour expérimenter cette démarche et la vivre au quotidien.

« La vie est plus facile, plus douce et plus efficace quand on coopère que quand on se fait la guerre ». Difficile d’être en désaccord… Oui, mais, quels outils se donne-t-on pour mettre ce précepte en application dans tous les domaines de nos vies ? C’est à cette question que s’attèle le chantier « Les outils de la coopération » baptisé « Coopéractions », l’un des axes de travail de l’association Interactions Transformation personnelle/Transformation sociale.

Cette dernière « cherche à explorer, tester et promouvoir les modes de régulation, de coopération, de partage, et d’organisation susceptibles d’agir conjointement pour le développement des sociétés et l’épanouissement des personnes ».

L’association travaille notamment dans les domaines où l’interaction entre champ personnel et champ social est particulièrement forte : l’éducation, la coopération, l’écologie, l’entreprise, les mouvements civiques, etc.

Chacun de ces thèmes fait l’objet de groupes de travail spécifiques. Dans celui de Coopéractions se trouvent des consultants, des journalistes, des acteurs du monde associatif, des artistes… Leur objectif : faire connaître les outils et méthodes permettant de développer et de renforcer la coopération afin de permettre à tous celles et ceux qui le souhaitent de se les approprier. « Le réseau d’acteurs intéressés par cette démarche s’est donné pour mission de réfléchir à la coopération, mais aussi de transmettre et de mettre à disposition des citoyens des outils de développement pour la vivre », explique Julien, musicien et inventeur des cafés coopé.

Les cafés coopé

Et pour la transmettre, l’équipe organise des cafés coopé. Il s’agit de rencontres mensuelles, organisées la plupart du temps dans des cafés, lieu social par excellence, visant à diffuser et à expérimenter des jeux, outils et méthodes de la coopération.

Exemples : la création d’une œuvre commune ou comment créer collectivement ; la coopération dans les danses traditionnelles bretonnes ou comment instaurer une dynamique de groupe ; vivre la coopération au quotidien ou comment la mettre en pratique dans sa vie de tous les jours… A chaque café, des animateurs bénévoles se relaient pour proposer aux participants d’expérimenter la coopération.

Ainsi, à l’occasion du café coopé dédié à « Etre soi parmi les autres », qui s’est tenu le 16 décembre 2004 au café La passerelle à Paris, la vingtaine de personnes présentes, aux profils et âges divers, a été invitée à jouer aux Ombres.

Des groupes de 4 se mettent en colonne ; la première personne du groupe va effectuer des gestes que les 3 personnes derrière elle vont devoir imiter. Puis, au bout de quelques minutes, le groupe se retourne et la dernière personne devient leader à son tour. « Cet exercice permet aux membres de groupe de créer en équipe, d’expérimenter leurs mouvements corporels, d’accepter de suivre les autres ou de prendre les commandes du groupe », explique Christian, animateur principal de ce café coopé.

Autre jeu proposé : le groupe déjà constitué dans le jeu des ombres se réunit autour d’un jeu de dés sur lesquels figurent des questions de type : « Dans le monde, ce qui me met en colère, c’est… » ; « je suis contente de moi quand… », etc. Chaque groupe doit au préalable se fixer ses règles de fonctionnement : le dé est-il lancé par chacun ou par la même personne ; chaque participant répond à la question posée ou le dé est-il relancé après chaque réponse, etc. « Il s’agit ici de se présenter, de parler de soi et de ses émotions, d’écouter les autres et de s’organiser en groupe autonome », poursuit Christian.

Après trois heures d’activités ludiques, mais aussi de prises de paroles sur le ressenti des uns et des autres, les participants repartent contents d’avoir vécu un moment rempli « d’harmonie », « de bienveillance », « de plaisir », « de lâcher prise »…

Et après ?

Au-delà du moment, reste la question des effets positifs dans la vie quotidienne ou professionnelle de ce type d’expérimentation. Sylvia, journaliste en free lance, a co-animé pour la première fois un café coopé, après avoir participé à plusieurs d’entre eux. Elle confie : « en tant que pigiste, j’avais perdu le sens du collectif ; ce type de manifestation me réconcilie avec le groupe, car nous ne sommes ni dans la compétition, ni dans l’argent, ni dans le travail. C’est un moment de paix où personne n’a d’étiquettes ».

Pour Guillaume, autre animateur, c’est quasiment un métier. Consultant, il met en place des outils pour favoriser l’émergence de la coopération entre industriels concurrents. « Nous capitalisons des outils pour diffuser la coopération le plus largement possible dans la société, société qui, par ailleurs, met beaucoup de pression sur les citoyens… Avec les chefs d’entreprise que je forme à la coopération, j’expérimente les jeux effectués dans les cafés coopé ; c’est difficile pour eux de s’y prêter, mais quand ils franchissent le pas, ce sont des moments de grande créativité et convivialité », relate Guillaume.

Les cafés coopé sont aujourd’hui ouverts à qui veut. Mieux, tout un chacun peut intégrer l’équipe d’animateurs et proposer des thèmes tels que le don, la fête, l’amour… Et la liste est encore longue. Car, le chantier ne semble pas en voie de disparition. « Par rapport aux animaux de la même espèce, qui parviennent à vivre dans l’harmonie, l’homme a un long chemin à parcourir. Nous avons beaucoup à apprendre de nos interactions et des autres », conclut Julien.

Site : http://www.interactions-tpts.net

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Anne Dhoquois

Anne Dhoquois est journaliste indépendante, spécialisée dans les sujets "société". Elle travaille aussi bien en presse magazine que dans le domaine de l'édition (elle est l'auteur de plusieurs livres sur la banlieue, l'emploi des jeunes, la démocratie participative). Elle fut rédactrice en chef du site Internet Place Publique durant onze ans et assure aujourd'hui la coordination éditoriale de la plateforme web Banlieues Créatives.

Category

ARTICLES

Tags

, , ,