« Vous avez besoin de légumes… ils, elles ont besoin de travail… ensemble, cultivons la solidarité », telle est la devise des membres du réseau des Paniers du Val de Loire qui produisent et livrent, à Paris et à Orléans, des paniers de légumes biologiques. Zoom sur une initiative salutaire et solidaire.

legumes.jpg Concombre, courge spaghetti, bettes, aubergines, salade, poires, voici la composition du panier de la semaine pour les abonnés parisiens de la « part légumes » des Paniers du Val de Loire. Chaque mercredi, ce sont plus de 260 paniers de légumes biologiques qui sont livrés dans les 6 points de dépôt parisiens (2 autres ouvrent ces prochaines semaines), ainsi que dans 6 dépôts orléanais.

Dans la cour d’un hôtel social de Paris, les 80 abonnés de ce lieu de dépôt viennent chercher leur sac en papier kraft, rempli de légumes parfois surprenants. « C’est marrant car c’est une découverte à chaque fois », confirme Marianne, qui depuis 2 ans nourrit son foyer de 4 personnes avec son panier bio. Pour une souscription de 48 euros par mois, les abonnés reçoivent leur part de légumes hebdomadaire. Accompagnant les légumes et fruits de saison, une fiche donne une recette de cuisine, ainsi que des nouvelles des structures d’insertion et des maraîchers qui portent ce projet.

Anne-Solène, psychologue de 37 ans, vient surtout pour le côté pratique du système. « J’ai vaguement l’idée de faire une B.A en venant ici, mais je pense que si la démarche n’était pas solidaire, je viendrais tout de même. J’ai trop de plaisir à manger ces légumes au goût retrouvé ». Pour d’autres, c’est avant tout une démarche citoyenne et concernée qui les poussent à venir chercher leurs légumes produits et livrés par des entreprises d’insertion et des petites exploitations maraîchères.

Un réseau solidaire de développement local

Thierry Hanon est chargé de développement pour les Jardins de Cocagne de Blois, entreprise d’insertion membre des Paniers du Val de Loire (voir l’encadré sur les jardins de Cocagne). « Nous avons créé ce réseau pour rassembler les énergies et les savoir-faire des différents producteurs de la filière biologique de la région Centre, qui ont du mal à tenir le coup seuls ».
Dans la région, ce sont 24 structures, dont 19 fermes et 3 entreprises d’insertion, qui se sont alliées pour assurer la production et la distribution de légumes et fruits biologiques, dans un esprit coopératif et solidaire. « Notre charte affirme les engagements que nous prenons : qualité biologique contrôlée de nos produits, renforcement du lien entre producteurs et consommateurs, développement d’une économie sociale locale à travers le soutien des actions de réinsertion », souligne Thierry Hanon.

Et cette volonté n’est pas un vain mot. Dans l’ensemble des structures d’insertion par le travail, membres du réseau des Paniers du Val de Loire, plus de 70 personnes en difficulté bénéficient d’une remobilisation vers l’emploi.

Pour répondre à un vrai besoin

Face au succès grandissant du système des paniers et la volonté du réseau d’augmenter et de pérenniser l’activité, les projets et les idées se développent : « Nous allons bientôt ouvrir 2 autres dépôts à Paris, et nous venons de lancer ensemble le projet d’un nouvelle entreprise d’insertion, Paris Cocagne, qui recevra bientôt les légumes en vrac, confectionnera et livrera les paniers dans la capitale. Ouverture prévue pour 2005 », se réjouit Thierry Hanon.

Alliant l’insertion à une démarche coopérative, écologique et responsable, les Paniers du Val de Loire, comme d’autres réseaux de producteurs et de consom’acteurs (voir notre encadré sur les AMAP), correspondent donc à une véritable démarche citoyenne qui, à la ville comme à la campagne, redonne sens au mot « solidarité ».

Contacts :

Les Paniers du Val de Loire

7, rue de la Vacquerie

41000 Blois

Tél : 02.47.30.10.50

Autre possibilité d’abonnement aux légumes bios : www.campanier.com

Comment trouver son « fermier de famille » ?
Initié au Japon depuis les années 50 où ils sont désormais plus de 1000, les Teikei (relation) connaissent en France un écho grandissant à travers les AMAP, Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. Ces nouvelles formes de relations et de partenariats de proximité entre les producteurs et les consommateurs se développent. Le principe est similaire à celui des abonnements aux paniers bio : des fermes produisent sous contrôle de qualité des produits bios, et des consommateurs achètent sous forme de souscription leur production (légumes, fruits, fromages, viandes…). La différence est que les consommateurs sont beaucoup plus impliqués dans la gestion financière et morale de leur AMAP. Mais la volonté de développer un commerce équitable local et celle de produire et de consommer de façon saine est la même, un grain d’engagement militant en plus.
Pour tout savoir sur les AMAP, et savoir comment les rejoindre et en créer :
www.alliancepec.org

Les Jardins de Cocagne
Initiés en France en 1991, les jardins membres du réseau Cocagne sont désormais au nombre de 75. Bien plus qu’un réseau de production/distribution de légumes bio, les jardins qui composent le réseau Cocagne ont tous pour objectif de « cultiver la solidarité ». Pour ces structures, l’activité de production maraîchère biologique est le support d’un travail d’insertion de personnes en difficulté sociale et/ou professionnelle.

Cette insertion, menée par les jardins, permet aux travailleurs de reprendre racine dans une activité professionnelle et de passer d’un statut d’assisté à celui de producteur. Ainsi le travail de la Terre, avec ses vertus équilibrantes sur le plan physique et psychologique, permet de recrouvrer progressivement une aptitude au travail, individuel et collectif. La rigueur, la méthode et la régularité sont également requises et indispensables pour que la terre cultivée puisse produire.

La démarche d’insertion et d’accompagnement constitue la partie principale de la charte des jardins de cocagne. Les structures signataires de la charte se doivent également de développer une agriculture biologique contrôlée, et renforcer, à travers leurs actions, le tissu social local, comme le prouve cette dynamique régionale mise en place par les Jardins de Cocagne de Blois avec les Paniers du Val de Loire.
Réseau Cocagne, pour connaître les jardins dans chaque région : www.reseaucocagne.asso.fr

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris