L’Université européenne de la Paix (UEP) tente de changer les mentalités à Brest, ancien fief de l’industrie d’armement. Ses animateurs ont choisi de s’adresser à toutes les générations pour éduquer à la paix. Lors des cérémonies du 60ème anniversaire de la libération de Brest, ils ont accueilli les brestois à l’abri Sadi-Carnot, lieu où près de 1000 personnes, dont 373 civils brestois, connurent une mort tragique dans la nuit du 9 septembre 1944.

Cet article est issu du magazine de l’automne de PPL Brest. Pour en savoir plus sur les Place Publiques Locales, rendez vous sur le portail du dialogue citoyen.

L’Université Européenne de la Paix de Brest est une association d’éducation populaire créée il y a douze ans. Son premier objet était de réfléchir à la reconversion des industries d’armement vers des activités civiles, dans une ville très dépendante des activités militaires.

La question de la reconversion des industries d’armement étant intimement liée aux problèmes de défense et à la construction de la paix, l’association s’est attachée à développer le débat public sur ces questions dans l’agglomération, notamment en se préoccupant d’éducation à la paix chez les jeunes générations.

Construire un avenir de paix !

Septembre 1944 : Brest martyrisée, Brest détruite… mais Brest libérée ! Après 5 ans de guerre et de souffrances, enfin la Libération ! Brest, du fait de l’état de siège, dût attendre jusqu’au 18 septembre cette libération.

Septembre 2004 : faire mémoire ; visiter le passé ; assumer et mieux comprendre le présent ; construire un avenir de paix ! Les cérémonies du 60ème anniversaire de la libération se succèdent mêlant les expressions de reconnaissance, d’hommage au souvenir de l’évocation des faits, à l’information dans la solennité et le recueillement.

Pour les responsables de l’association, participer aux commémorations du 60è anniversaire de la libération de Brest, c’est faire progresser une culture de paix en rappelant les souffrances endurées par Brest et sa population.

Mais l’association interpelle : ces cérémonies sont-elles suffisantes ? Quels enseignements pour le présent et pour l’avenir à partir de ces évènements du passé ? Quel sens donnons-nous aujourd’hui aux concepts de sécurité, de défense, de résistance, d’engagement, de non-violence active, de prévention des conflits, de culture et de paix ?

Une Maison de la Paix à Brest

Dans ce contexte, l’association milite pour l’ouverture d’un tel lieu et appelle les brestois, et notamment leurs élus, à s’engager dans la promotion d’une culture de Paix. L’affluence lors des visites de l’abri Sadi-Carnot (5000 personnes en deux week-end) est, pour les membres de l’UEP, le signe d’une envie des habitants à s’engager dans ce sens.

Cette Maison de la Paix pourrait être un lieu de présentation des destructions et souffrances endurées par Brest et sa population, ou celles d’autres cités. Elle serait également un espace d’alerte sur les conflits qui perdurent à travers le monde. Elle serait, enfin, un lieu de réflexion et d’animation sur tout ce qui touche à la difficile construction de la Paix…

L’appel est lancé aux habitants de cette ville, à eux de se saisir de cette proposition. L’Université Européenne de la Paix – l’UEP a adhéré à la Fédération Française des Clubs UNESCO pour travailler avec les enfants et les jeunes scolaires – est prête à accueillir tous les soutiens à cette démarche de solidarité et d’éducation à la Paix.

Contacts :

Université européenne de la Paix – Carrefour des relations internationales

4, rue Augustin Morvan – 29 200 Brest

Tél. : 02 98 00 82 43

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris