Du 1er au 8 octobre 2004

La concentration des principaux titres de la presse, des maisons d’édition, de la distribution et la diffusion (livres, films, musiques, presse…), des chaînes de télévisions, dans un tout petit nombre de groupes industriels met en danger les libertés publiques.

Ces multinationales, qui vivent grassement des commandes de l’Etat, des ventes d’armes de destructions massives ou de répressions sociales, défendent une vision ultralibérale de l’économie, de la culture et des
rapports sociaux.

L’information et l’édition deviennent des centres de profit, et des moyens de diffusion de publicités pour vendre leurs idéologies et leurs marques.

De fait, le mouvement social se trouve coupé de l’accès à la diffusion de ses idées, de ses travaux, et de ses luttes, à moins de se conformer à la demande : starifier ses leaders, courir après quelques lignes ou secondes d’antennes par l’escalade d’actions de plus en plus spectaculaires et vides de sens.

Le défi qui s’engage porte sur la réalité.

A force de couvertures de presse, de livres, d’émissions de divertissement, répétées inlassablement, le monde raconté par ces médias s’impose comme une réalité. Une monoforme au service d’une idée monolithique.

Leur fiction devient notre quotidien. Pourtant, chaque jour, nous mesurons la différence entre ce monde de paillettes et de petites phrases qu’ils propagent et la vie à laquelle nous nous confrontons.

Le moment n’est plus à la critique des médias.

Il s’agit maintenant de passer outre ces médias, par la création, le soutien, le développement, la formation…, de médias libres et indépendants engagés dans les luttes pour la justice sociale.

La démocratisation de plus en plus rapide à l’accès aux technologies de l’information, tant au niveau des outils (logiciels libres, listes de diffusion, streaming…), qu’aux systèmes de publication (sites internet, radios, télés…), la résistance des réseaux de librairies, de
salles de projections…, permettent, enfin, de proposer une alternative puissante aux médias dominants.

La maison des médias libres, qui regroupe Co-errances (coopérative de diffusion de films ; livres, disques),
Les Périphériques vous Parlent (revue), Radio Fréquence Paris Plurielle (FPP 106.3), Zaléa TV (TV associative)
Réseau 2000 (formation aux NTIC, hébergement coopératif),

et (en résidence) :
radio-cascade

paris.indymedia.org

propose une semaine d’actions, de manifestations, de débats, d’ateliers pratiques de formations, d’expérimentations autour des médias indépendants, des logiciels libres, des méthodes de publication, des
réseaux de diffusion, de l’édition et invite le public, les associations, les organisations à participer à cette réflexion et à ces ateliers…

La maison des médias libres lance cette idée à tous les médias indépendants pour qu’ils s’approprient cette semaine ‘Hack’t 1’en organisant dans leur ville des débats, actions, ateliers, mises en réseaux de plusieurs supports (sites, vidéo, radio, magazines, tracts…)…

Un site internet va être crée pour diffuser toutes les informations utiles sur cette semaine de rentrée des médias libres : http://ag45.org.

La maison des médias libres

ag45

45 rue d’Aubervilliers

75018 Paris

M° Stalingrad

Tél : 08 70 71 67 88

Email : semainemediaslibres@ag45.org

Site : http://ag45.org

La semaine des médias libres est organisée par la Maison des médias libres et : ecolonews.info, 1d-photo.org, paris.indymedia.org, radio-cascade, CQFD…

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris