« Journalistes et responsables ? » – Une confrontation internationale

Appel à participation à une alliance citoyenne de journalistes

Août 2004

Nous savons tous que le métier de journaliste va mal.

Nous savons à quel point les individus qui le pratiquent vont mal eux-aussi.

Les causes ont été largement étudiées, les diagnostics sont fiables, les constats pourraient pousser à la désolation.

Pourtant à travers le monde et en parallèle aux travaux d’observateurs en tous genres, un nombre grandissant de journalistes réfléchissent et agissent à leur niveau personnel ou en groupe plus ou moins étoffé. Ils tentent, ils élaborent, ils résistent, ils se réapproprient la responsabilité d’une fonction, d’une déontologie, d’une éthique.

Pour lutter contre le sentiment d’impuissance, pour rompre l’isolement qui démotive, la FPH (Fondation pour le Progrès de l’Homme) se propose de favoriser dans un premier temps le développement d’une dynamique internationale de réflexion et d’action sur le thème de la « responsabilité » des journalistes et producteurs d’informations ; puis d’élargir les travaux sur le rôle et la place des médias dans nos sociétés.

Cet espace se veut avant tout constructif. Il favorisera l’échange, le débat et la mutualisation des expériences. Il a l’ambition de créer de l’intelligence commune et du pouvoir collectif pour peser sur les pratiques journalistiques.

Si l’engagement professionnel de chacun n’est pas à remettre en cause, le groupe refusera le sectarisme, le dogmatisme et l’idéologie. La dynamique d’échange et de réseau n’a pas pour objectif initial de promouvoir un nouveau modèle de presse unique face au modèle dominant mais de garantir la variété et la diversité des approches. Fondée sur la convergence des valeurs professionnelles et humaines, la thématique générale de la responsabilité des journalistes sera donc directement expérimentée dans les groupes de travail par l’acceptation de chacun d’être interpellé et contredit.

Cette démarche de mise en lien s’inscrira dans la durée. Elle s’appuiera dans un premier temps sur quelques journalistes partenaires de la fondation depuis de nombreuses années et qui ont déjà commencé à travailler dans ce sens en différents endroits du monde. Cette alliance s’ouvrira à tout moment à tous ceux qui souhaitent en devenir acteurs, depuis les personnes en nom propre jusqu’aux membres de groupements professionnels internationaux.

Notre espace thématique est donc très largement ouvert à l’ensemble des professionnels qui ont abordé, abordent ou veulent aborder la thématique de la responsabilité des journalistes. Nos supports faits de pages virtuelles et de rencontres physiques ont été pensés pour accueillir régulièrement de nouvelles contributions, respectant ainsi le rythme de chacun.

Nous nous proposons de travailler sous forme d’aller-retour entre la théorie idéale et la pratique de terrain, le personnel et le collectif, le local et le global.

Le « schéma de progression » :

 La mise en commun de pratiques professionnelles valables ou insatisfaisantes, à partir de faits et de comportements très précis.

 L’identification de principes fondamentaux, tout en mettant l’accent sur ceux qui sont régulièrement écornés ou bafoués.

 L’expérimentation de pratiques nouvelles dans différents médias. Des comportements alternatifs dans une presse qui ne l’est pas nécessairement.

 L’énoncé d’une charte mondiale qui représenterait l’aboutissement idéal et théorique d’actions déjà en cours.

 Les évolutions de pratique seraient de nouveau collectivement débattues, amendées et améliorées.

Le « schéma de travail » pourrait ressembler à :

 Des rencontres locales à travers le monde. Les journalistes mettent en commun leurs réflexions, leurs propositions et leurs actions à partir d’une problématique préalablement définie.

 Des rencontres régionales ou internationales à l’occasion d’événements qui drainent de nombreux journalistes.

A titre d’exemple, nous pouvons déjà proposer un calendrier de ces rencontres :

 Octobre 2004 : réunions locales sur  » la responsabilité des journalistes, par quel bout l’aborder ?  »

 Novembre 2004 : circulation entre les différents groupes locaux des synthèses des débats et des propositions émergentes.

 Janvier 05 : deux lieux de rencontres simultanées : Porto Alegre et Davos. Un séminaire public peut également être animé à Porto Alegre. Un temps d’échanges pourrait être organisé entre journalistes présents au Brésil et en Suisse.

 Mars 05 : réunions locales sur « journalisme « civique » versus journalisme « traditionnel » », « la gouvernance et les médias »…

Les débats, pour être riches, doivent être préparés. Nous attendons que chaque participant prenne le temps de produire quelques lignes de réflexion en préalable aux rencontres. Cet exercice préparatoire assurera à chacun une qualité d’acteur et non de simple consommateur. Notre temps à tous est compté, recherchons l’efficacité dans nos méthodes de travail pour que les synthèses puissent plus facilement être rédigées puis circuler.

La FPH a défini ses orientations pour une période 7 ans, de 2003 à 2010, de la manière suivante :

“La fondation s’engage à contribuer aux mutations à long terme de nos sociétés. Pour cela, elle appuie l’émergence d’une communauté mondiale capable de concevoir et de conduire trois mutations majeures : de nouvelles régulations sociales, politiques et institutionnelles depuis le local jusqu’au global (la révolution de la gouvernance) ; un socle éthique commun (la charte des responsabilités humaines) ; de nouveaux modèles de développement. Elle veille à un aller et retour constant entre la diversité (exprimée dans ses différentes dimensions), et l’unité (exprimée par une attention constante à la gestion des relations et aux cohérences territoriales). Pour mettre en œuvre ces orientations elle combine trois modes d’action : la promotion des idées et propositions ; l’appui à l’émergence d’alliances citoyennes ; la promotion et l’enrichissement des méthodes”. Ces mutations constituent l’Agenda de la FPH.

Cette alliance de journalistes s’inscrit dans cette démarche d’appui à des alliances citoyennes décrite dans une note de la FPH que nous pouvons résumer ainsi :
L’expérience acquise depuis 1994 avec la création et le développement de l’Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire a fait émerger l’idée plus générale « d’alliance citoyenne » : une manière particulière de s’organiser à l’échelle internationale pour créer des dynamiques informelles mais néanmoins capables d’une stratégie collective, conciliant le double impératif de diversité et d’unité ; de respect d’autonomie de chacun et de cohérence d’ensemble.

Ces alliances citoyennes sont fondées sur trois piliers :

 des objectifs communs ;

 des critères éthiques ;

 des dispositifs de travail.

Les moyens que la FPH se propose d’offrir pour permettre le développement de cette alliance :

 L’expérience d’une dynamique internationale de 10 ans : l’Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire ;

 L’animation et la coordination de nos réflexions et travaux ;

 Des outils de débats : adresse email de groupe, site web documentaire et autres services;

 L’organisation des rencontres…

Animatrices :

Nathalie Dollé : 06 80 18 09 37

Manola Gardez : 01 43 14 75 75 (Fph) – 06 82 35 14 03

Mail de l’alliance de journalistes : info@j-alliance.net

Merci de vous y inscrire pour participer aux travaux.
Un site intranet, permettant la même confidentialité que cet email commun, nous sera dédié dans les jours prochains.

FPH

38 rue St-Sabin, 75011 Paris (France)

Site web : www.fph.ch

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris
mm

Au sujet de Place Publique

Place Publique s'affirme comme un contrepouvoir, notre projet entend prendre sa place dans l’information en ligne indépendante.

Category

DIVERS

Tags