En fonction des pays, les attentes vis-à-vis de l’Union européenne varient. Question d’histoire, de statut au sein de l’UE, etc. Une étude qualitative différenciant les différents points de vue pays par pays a été publiée en 2001 sur ce thème. Place publique en fait le résumé.

Dans le cadre du Livre blanc sur la gouvernance, la Cellule  » Dialogue sur l’Europe  » et les directions générales  » Education et Culture  » et  » Elargissement  » ont lancé en 2001 une étude qualitative auprès d’environ 700 personnes, organisant 86 discussions de groupes dans 24 pays. Cette étude qualitative a en effet été menée dans 15 Etats membres et 9 pays, alors candidats à l’adhésion à l’Union européenne

Son objectif : expliquer les perceptions, les attitudes et les attentes des citoyens à l’égard de l’Union européenne jusqu’alors mesurées quantitativement par les eurobaromètres.

Ainsi, selon cette étude, les Européens avancent trois principales sources d’inquiétude :

– la rapidité des mutations technologiques et économiques en cours et l’incertitude quant à leurs conséquences (économie de plus en plus virtuelle et volatile, OGM.) ;

– le sentiment d’une perte des valeurs et de la cohésion du tissu social (pauvreté, précarité, moins de solidarité, insécurité…) ;

– le constat d’excès ou de dérive du libéralisme économique (dégradation des services publics, accroissement des inégalités sociales, l’argent comme valeur déterminante…).

Téléchargez le document PDF ci-joint pour prendre connaissance du résumé de cette étude.

Résumé de l’étude OPTEM 2001 sur la perception, les attitudes et les attentes à l’égard de l’UE

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris