Le scrutin des élections régionales aura lieu les 21 et 28 mars prochain. A ce jour, la campagne électorale semble susciter peu d’enthousiasme et l’abstention pourrait atteindre des taux records. Le Web peut-il aider les citoyens à s’intéresser sérieusement aux enjeux, aux acteurs politiques, et à la vie démocratique que représente toute élection ? Ou devons-nous attendre le second tour pour assister au réveil du « Web citoyen » ? Tentative de réponse en quelques liens.

Portail de l’administration française

Si les élections régionales ne passionnent pas les électeurs, c’est peut-être dû au manque d’informations. Le portail de l’administration française fournit quelques éléments pour mieux comprendre le fonctionnement d’une échéance électorale régionale ainsi que le rôle attribué aux conseils régionaux, suite à la nouvelle loi sur la décentralisation.

http://vosdroits.service-public.fr/ARBO/04010404-FXELC118.html

Portail Sciences politiques

Le nouveau mode de scrutin sera appliqué pour la première fois lors des élections régionales de 2004. Un mode de scrutin qui doit encore faire ses preuves et qui ne brille pas par sa clarté, comme le démontre le portail Sciences politiques, qui publie un grand dossier sur les régionales.

http://membres.lycos.fr/sciencepolitiquenet/regionales2004/2004/mode_scrutin.htm

Cidem

Le gouvernement a supprimé la subvention allouée à l’association CIDEM (Civisme et Démocratie) pour organiser une campagne d’incitation au vote lors des élections régionales. De fait, aucune campagne n’a été pour l’instant menée ; le CIDEM s’apprête donc à diffuser le spot télé réalisé lors de la dernière campagne présidentielle, en demandant aux chaînes de le diffuser gratuitement. _ _ Impuissant, le CIDEM n’est pourtant pas dupe de la crise électorale qui s’annonce. Grâce à son baromètre de la citoyenneté – enquêté réalisée en janvier 2004 -, l’association confirme que si 86 % des interrogés considèrent le vote comme un devoir, ils sont 53 % à n’être « pas du tout » ou « peu » intéressés par les régionales (dont 68 % chez les jeunes de 18 à 24 ans).

Un baromètre à consulter et à méditer sur : http://www.cidem.org/cidem/barometre/baro_fr.html

France politique

La dernière élection présidentielle avait vu l’engouement des candidats pour l’Internet et les technologies de l’information et de la communication (TIC). Nombreux étaient ceux qui avaient mis en place une véritable stratégie de communication par le Web. Les élections régionales, moins concentrées sur la personnalité des candidats, donnent à voir un paysage Internet politique plus discret.

Seul André Santini, maire d’Issy les Moulineaux, ville réputée pour sa politique en matière de TIC, se démarque réellement sur ce point. Le candidat UDF à la région Ile-de-France a largement communiqué sur l’utilisation des logiciels libres (notamment pour la gestion de son site sous SPIP), et a incité ses partisans à créer des blogs (sites persos simplifiés) pour le soutenir.

A noter que l’un des sites de référence de la vie politique française – France politique – a ouvert un large dossier sur les régionales, et nous présente tous les sites des candidats, région par région : http://francepolitique.free.fr/

Deux blogs

La vague des blogs que connaît actuellement le Web français n’a pas eu beaucoup de prise sur les régionales de mars 2004. Mais, face au succès des blogs américains, notamment pour le financement de la campagne des candidats démocrates aux élections présidentielles (Howard Dean aurait réussi à récolter 40 millions de dollars grâce à son blog), les politiques français pourraient bien s’y mettre.

Deux sites de la « blogosphère française » font l’analyse du phénomène blog et politique, aussi bien du coté des candidats que des citoyens bloggeurs :
http://www.blog-art.com/elections2004/ et http://www.hautetfort.com/politiqueonline/

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris