logo_activistTV.gif

Le prochain Forum Social Européen (FSE) de Paris Saint-Denis fera l’objet d’une couverture par des « médias alternatifs », défendant le tiers-secteur de la communication. Qui sont-ils et comment comptent-ils se mobiliser pour relayer les débats ? Panorama non exhaustif…

logo_activistTV.gif A travers les centaines de sites Internet et weblogs d’information indépendante. A travers les organisations associatives qui mettent en place un journal ou un site Internet d’information, qui organisent la mise en réseau de médias libres ou la mise en place d’agences de presse et de diffusion indépendante. A travers les quelques rares publications papiers réellement indépendantes. A travers les télévisions et radios associatives ou libres, se dessine un « paysage médiatique alternatif français ».

Sous cette appellation se cachent toutefois des réalités très différentes, mais qui se rejoignent dans une volonté commune : volonté de favoriser les rapports non commerciaux avec l’information, dans une conception indépendante face aux pouvoirs politiques et économiques ; volonté de favoriser la liberté d’expression, la liberté de contester, dans une logique de « contre-pouvoir », contre l’uniformisation de l’information ; volonté de modifier notre rapport aux médias, pour une participation et une appropriation citoyenne de l’information, en proposant notamment la critique active des médias.

Les médias alternatifs, porteurs du message altermondialiste dès l’origine, se placent au premier rang pour participer au prochain Forum Social Européen (FSE) de Paris, Saint-Denis, Ivry et Bobigny.

Quelle sera la mobilisation des médias alternatifs lors de cet événement ? Quels sont les enjeux pour ses structures, parfois fragiles ? Occasion de grande messe altermondialiste ou véritable terrain d’expérimentation et de relais des alternatives ?

La presse alternative aura, en tout cas, une place prépondérante au sein du FSE. Ainsi, suite à la concertation entre les organisateurs du FSE et les principaux représentants des différentes branches de médias indépendants, un centre média leur a été attribué à la Villette. Sur plus de 300 m2, les médias dits alternatifs pourront bénéficier de studios radio et télé, de postes Internet mutualisés. « Les médias alternatifs sont des acteurs politiques du forum. L’organisation du FSE se devait de leur donner un large espace ouvert, où ces médias pourront mutualiser leurs informations et leur matériel», explique Laurent Vannini, coordonnateur du centre média.

Peu de papiers, moins d’Internet

Hormis les milliers de tracts et publications militantes qui seront distribués, la presse indépendante et alternative sur support papier sera quasi inexistante pour relater quotidiennement l’ébullition citoyenne de ces 4 jours de FSE.

L’unique expérience quotidienne sera celle de 2 lycées de la ville de Saint-Denis qui proposeront un quotidien entièrement réalisé par les lycéens, avec l’appui de professionnels du journalisme. Le journal, nommé « Résonances », sera traduit en plusieurs langues, et sera distribué gratuitement sur l’ensemble des sites du FSE de Saint-Denis. Les 5 numéros du journal seront également disponibles sur Internet. Laurent Clavier, professeur au lycée Paul Eluard à l’initiative du projet espère « que ce projet éducatif, qui ne sera pas un média alternatif au sens politique par souci de neutralité, sera un moyen pour ces lycéens de s’emparer du FSE comme d’une lunette sur le monde. C’est un travail de décentrement du regard qui prend comme objet d’étude le FSE. »

Quant à Internet, les expériences de couverture médiatique commune des médias indépendants, sur ce support, ont tourné court depuis la fermeture du portail de l’économie solidaire Médiasol, qui avait réussi à rassembler lors des derniers forums sociaux internationaux un ensemble d’associations et de médias (dont faisait partie Place Publique).

Les expériences communes laissent place à des projets individuels, soucieux de garder leur propre ligne éditoriale. C’est le cas des Pénélopes, l’Agence d’informations féministes, qui publiera sur Internet un magazine quotidien, réalisé en collaboration avec 14 femmes représentantes d’ONG féministes d’Europe de l’Est (Croatie, Serbie, Pologne…). « Pour notre organisation, il était important d’intégrer dans cet événement européen des femmes issues des pays qui s’apprêtent à rejoindre l’Union Européenne », souligne Joséfina Gamboa des Pénélopes. Elle précise : « Les articles rendront compte notamment des 8 ateliers et séminaires organisés par Les Pénélopes et traiteront des thèmes qui nous sont chers, comme le droit des femmes en Europe par exemple ».

Autre mobilisation associative relayée sur Internet, celle portée par l’Acrimed (Action Critique Médias). Tout comme lors du G8 d’Evian ou du dernier Forum social européen de Florence (novembre 2002), l’Acrimed couvrira l’événement en s’attachant à observer les médias qui observent le FSE. Même si, comme le dit Henri Maler, président de l’association, « l’Acrimed sait déjà comment les principaux médias nationaux vont couvrir le FSE. Ce qui se dit dans les débats et les conférences ne sera pas traité par ces médias, qui préfèrent se focaliser sur la participation et la venue au FSE, même symbolique, des principaux représentants politiques français. »

L’association mobilise une dizaine de bénévoles pour passer au crible les principaux médias nationaux et régionaux. Leurs chroniques seront disponibles sur le site Internet de l’association ou à travers une chronique quotidienne diffusée sur Radio Cascades vers 22h (voir ci-dessous).

Du côté d’ATTAC, la formule éprouvée lors des forums sociaux précédents ne change pas : une dizaine de bénévoles de l’association publieront quotidiennement, sur le site Internet de l’association, des reportages, analyses et photos de l’événement.

Parmi les nombreux sites Internet fondés sur des principes de libre publication et de libre expression, le réseau Indymedia sera le plus mobilisé sur l’événement altermondialiste européen. Mais l’engagement du réseau n’est pas uniforme. Ainsi, le portail d’Indymedia Paris portera un regard critique sur l’organisation et le financement du FSE. Les membres du portail parisien annoncent d’ores et déjà qu’ils s’intéresseront autant au FSE qu’aux autres événements qui se déroulent en parallèle, tels que le Forum Social Libertaire ou le « MétallosMédialab» (voir encadré).

Les radios associatives sur le pont

L’engagement le plus significatif des médias alternatifs viendra des ondes. Une radio spécialement dédiée au FSE diffusera des émissions, sans interruption, durant toute la durée du forum. Cette initiative, nommée Radio Cascades, sera hébergée sur la fréquence de la radio associative Fréquence Paris Plurielle (FPP – 106.3 FM).

« C’est un média alternatif, et nous le ferons à notre image, militante et engagée. Nous n’avons aucune contrainte de temps ou de publicité, mais nous fixons des exigences de qualité », explique Pierre Baron, membre de Radio Cascades.

« Nous allons essayer de mettre l’accent sur les ateliers, les expériences concrètes et réalistes d’engagements et de résistances. Nous voulons passer de la critique des médias, à la création de médias critiques » poursuit-il. Les programmes de Radio Cascades seront mis à la disposition des radios associatives qui le souhaitent. Les internautes pourront également écouter les programmes sur le Net.

Le réseau des radios libres se mobilise très fortement pour ce FSE, à travers la Coordination Nationale des Radios Libres (CNRL). Cette structure, qui regroupe plus de 500 radios libres, a participé à la mise en place du centre média alternatif. Très active pour la défense et la promotion du secteur des radios libres, la CNRL se rend au FSE avec un effectif de 40 journalistes européens pour couvrir l’événement.

Des émissions à destination de tout le réseau européen seront réalisées pendant le FSE, et reprises pour l’essentiel dans une émission de Radio Cascades (de 13h à 14h). Yvan Jossen, responsable des relations publiques de la CNRL, analyse l’enjeu d’une telle présence : « L’enjeu est de créer des synergies pour faire exister le tiers secteur de la communication et le faire reconnaître auprès des réseaux militants, syndicaux, associatifs, qui connaissent mal son implication au sein des mouvements sociaux. »

La CNRL sera également très présente dans les ateliers et séminaires sur le tiers secteur de la communication et les médias libres, ainsi qu’à la Maison des Métallos pour une rencontre quotidienne autour des radios libres (voir encadré).

Le réseau des Radios étudiantes sera également présent lors de ce forum pour une diffusion nationale sur toutes les radios campus qui souhaitent récupérer les émissions.

A noter que Radio Libertaire (89.4 FM à Paris) diffusera en direct durant toute la durée su Forum Social Libertaire et Salon du Livre (FSL-SA), qui aura lieu du 11 au 16 novembre. A lire sur le site : http://fsl-sla.eu.org.

Un secteur audiovisuel en recherche de soutien

L’unique participation d’une télé alternative française sera assurée par la télévision parisienne Zaléa. La présence de Zaléa sera double lors du FSE, au sein même du média center ainsi qu’à la Maison des Métallos pour le MétallosMédialab.

Les reportages tournés lors du forum ne seront peut-être pas diffusés sur les ondes hertziennes (Le CSA doit rendre sa décision le 4 novembre prochain). Mais la diffusion se fera, à coup sûr, par Internet. D’autres télévisions alternatives pourront du reste diffuser leurs émissions en profitant de leur streaming (flux disponible sur le Net), comme la télé libre « sans canal fixe » de Tours.

Pourtant, l’enjeu pour Zaléa n’est pas tant la diffusion publique : « le paysage du tiers secteur audiovisuel en France est déplorable, relate Charlotte de Zaléa. Nous voulons profiter du FSE pour amorcer une démarche de mise en réseau avec les principaux médias audiovisuels alternatifs européens. L’idée est de préparer les états généraux du tiers secteur audiovisuel et d’amorcer le combat qui doit désormais se mener à l’échelle européenne pour défendre la liberté d’expression des télévisions libres, dans un milieu audiovisuel toujours plus fermé aux initiatives alternatives. »

Les sites Internet

 Les médias :

Journal spécial FSE du lycée Suger de Saint-Denis : http://lssd93.ac-creteil.fr/fse/index.php

Les Pénélopes : www.penelopes.org

Acrimed : http://acrimed.samizdat.net

Attac : www.attac.info

Indymedia Paris : http://paris.indymedia.org

Radios Cascades :www.radiocascades.org

La CNRL : www.cnrl.org

Réseau des radios étudiantes : www.radio-campus.org

Zaléa TV : www.zalea.org

 Autres sites Internet à regarder :

Hacktivist news service : www.hns-info.net

Construire un monde solidaire : www.monde-solidaire.org

Bella Ciao : www.bellaciao.org

Média activisme : www.mediactivism.org

MétallosMédialab

Conçu comme un espace d’expérimentation et de confrontation pour les médias alternatifs européens, le MétallosMédialab se tiendra en parallèle du FSE, du 12 au 16 novembre inclus, à la Maison des Métallos (Paris 11e).

Le laboratoire des Métallos sera l’occasion pour les activistes des médias indépendants de présenter leur démarche, de se confronter à d’autres expériences similaires, de rencontrer des militants, d’échanger des savoir-faire et de l’expertise. La rencontre permettra également de faire le point sur la situation européenne et de dégager des perspectives d’actions et d’initiatives communes.

Programme complet des ateliers, rencontres, débats sur :
[http://metallosmedialab.fse-paris.org->http://metallosmedialab.fse-paris.org
]

FavoriteLoadingAjouter cet article aux favoris